En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Affiches sur les violences policières : la CGT se justifie
 

L’affiche sur les violences policières du syndicat Info’com de la CGT est fustigée de toute part. Romain Altmann, le secrétaire général d’Info’Com s’est justifié ce mardi chez les GG.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • kanoon
    kanoon     

    ces enculés de gauchistes qui ne représentent plus rien dans le pays font tous pour parler d'eux ces quelques connards fanatiques d’extrême gauche ont le droits de tout casser sans que les policiers leur pètent leur petite gueules de lâche alcooliques de merde vive la police !

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    MAFIA ET ASSOCIES
    QUI ETAIT SECRETAIRE GENERAL DE LA CGT EN 2014 ?
    la CGT l'a blanchi en avril, concluant qu'il n'avait "pas eu connaissance des devis" et avait "découvert les travaux une fois ceux-ci achevés".
    LE SILENCE EST D' OR !
    Des peines d’emprisonnement de 2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros…

    Le 1er octobre 2014, la CGT, l’Humanité, le Parti communiste et sa nébuleuse opaque et corrompue ont été lourdement condamnés par le tribunal correctionnel de Paris.
    Malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, détournements de fonds !
    Douze condamnations ont été prononcées dans les rangs communistes et syndicaux pour malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, et détournements de plusieurs millions d’euros. La liste est aussi longue que pour un procès de la mafia.Et rien dans nos médias !
    Des têtes sont tombées dans le panier de crabe aux escrocs communistes en col blanc, et ont été publiquement humiliées. Les journalistes ont pris soin de les taire.

    Les voici :
    • Jean Lavielle, ex président du Comité d’entreprise EDF, a écopé d’une lourde condamnation : 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende – il était le principal inculpé et présidait le Comité d’entreprise EDF, la CCAS, ou Caisse centrale d’activités sociales,
    • Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino, en prend pour 8 mois de prison avec sursis.

    • La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin écope de 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif grassement rémunéré par le CE alors qu’elle travaillait pour la fédération du parti
    communiste des Hauts-de-Seine.
    Elle siège toujours sans vergogne !

    • Jacques Lefèvre, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Jean-Paul Escoffier, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Aubrée, ex-président de l’IFOREP, 6 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • Pascal Lazarre, ex-vice-président de la CCAS, 8 mois d’emprisonnement avec sursis,
    • La CGT a été condamnée à 20 000 euros d’amende,
    • La fédération des Mines et de l’Énergie CGT, 20 000 euros d’amende,
    • L’Iforep, qui a détourné plus d’un million d’euros avec l’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende,
    • L’Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende aussi.
    Au total, huit personnes et quatre organisations ont été condamnées.
    En juin, l’audience avait duré trois semaines, « trois semaines de silences gênés des médias »
    « Trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens » fait remarquer Jean Nouailhac dans le Point – en précisant que « les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT » comme pour passer sous silence les connivences et liens idéologiques forts qui lient les uns aux autres.
    Le comité d’entreprise EDF, ou CCAS, détient plus d’1 milliard d’euros d’actifs et un budget de 500 millions d’euros par an – sans aucune raison – sur vos factures EDF.
    Et cette grosse machine à fric, caisse noire du Parti communiste, est entre les mains de la CGT !
    Silence de mort sur les condamnations fermes et lourdes des cols blancs de la CGT, du Parti communiste, du journal l’Humanité, et du fournisseur d’argent sale, le « comité » d’entreprise EDF.
    Seul Le Point numérique a eu le courage, parmi les média, de faire état de cette lourde condamnation,
    POURQUOI ?

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    On parle de Thierry Lepaon à qui un fromage est promis dans une commission BIDULE sur l' illettrisme est promise, mais on pourrait parler de Jean-Christophe Le Duigou, aussi. En 2009, à la veille de sa retraite, il est nommé au dernier échelon du conservatoire des hypothèques de l'Essonne, le poste le mieux rémunéré de la fonction publique. Il est au Conseil économique et social, le gouvernement en 2013 le nomme au conseil d'Etat… Des carrières absolument fulgurantes pour "services rendus", alors qu'on ne sait pas bien lesquels.

    C'est un petit scandale de plus dans la République des COPAINS & COQUINS de François Hollande : le gouvernement vient de trouver un point de chute à Thierry Lepaon, l'ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros. Malgré son éviction, Thierry Lepaon est toujours payé par la CGT, et ce, depuis plus d'un an. Miracle : l'homme va être "parachuté à l'Agence nationale contre l'illettrisme", selon le Canard enchaîné, qui reprend l'information du blog de Michel Noblecourt sur Le Monde. "Problème, ajoute l'hebdomadaire : le président de ladite agence ne touche aucune rémunération. Solution : le gouvernement a décidé de la transformer en une Agence de la langue française, dont le président sera rétribué !"
    La structure actuelle donne pourtant toute satisfaction. "Les acteurs de terrain, directement concernés, ne trouvent rien à reprocher à l'actuelle Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, qui présente l'avantage de ne pas coûter cher, n'employant que 12 personnes pour un budget annuel de 1,2 million d'euros, dont 600 000 euros de subvention d'État. Elle a même reçu il y a peu les compliments de la Cour des comptes", explique Europe 1. Le gouvernement envisage donc de faire coexister dans un premier temps les deux structures, qui auraient des missions plus ou moins identiques...
    Le conseil des ministres devrait également nommer Stéphane Lardy, un responsable de Force ouvrière (FO), à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). De quoi calmer ces deux syndicats qui ont bruyamment fait part de leur mécontentement face au projet de loi El Khomri ? Rien n'est moins sûr. Pour Europe 1, si le gouvernement est intervenu pour le "recaser", c'est bien sur fond de mobilisation contre la loi travail : Thierry Lepaon recasé, c'est un signal de bonne volonté envoyé au syndicat. Le Canard y voit en tout cas, non sans une note d'humour, la preuve que "le gouvernement n'est pas sectaire"..

  • Syndicafob
    Syndicafob     

    On peut faire du bénévolat chez les CRS ??

  • OTC31
    OTC31     

    et puis il est de nouveau la ... dsl

  • OTC31
    OTC31     

    Et pourtant la CGT est la première à généraliser en disant que tous les patrons sont des pourries. Tant que les travailleurs seront représenter par des syndicats, mais avant tout des hommes et femme, de cette trempe la, il ne récolteront pas plus de 10% de syndiqués. A vomir. J'en profite pour dire un grand merci à toutes nos forces de l'ordre sans quoi la France serait depuis bien longtemps une terre de désolation.

  • L'imprécateur
    L'imprécateur     

    C'est un petit scandale de plus dans la République des amis de François Hollande : le gouvernement vient de trouver un point de chute à Thierry Lepaon, l'ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros. Malgré son éviction, Thierry Lepaon est toujours payé par la CGT, et ce, depuis plus d'un an. Miracle : l'homme va être "parachuté à l'Agence nationale contre l'illettrisme", selon le Canard enchaîné, qui reprend l'information du blog de Michel Noblecourt sur Le Monde. "Problème, ajoute l'hebdomadaire : le président de ladite agence ne touche aucune rémunération. Solution : le gouvernement a décidé de la transformer en une Agence de la langue française, dont le président sera rétribué !"
    La structure actuelle donne pourtant toute satisfaction. "Les acteurs de terrain, directement concernés, ne trouvent rien à reprocher à l'actuelle Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, qui présente l'avantage de ne pas coûter cher, n'employant que 12 personnes pour un budget annuel de 1,2 million d'euros, dont 600 000 euros de subvention d'État. Elle a même reçu il y a peu les compliments de la Cour des comptes", explique Europe 1. Le gouvernement envisage donc de faire coexister dans un premier temps les deux structures, qui auraient des missions plus ou moins identiques...
    Le conseil des ministres devrait également nommer Stéphane Lardy, un responsable de Force ouvrière (FO), à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). De quoi calmer ces deux syndicats qui ont bruyamment fait part de leur mécontentement face au projet de loi El Khomri ? Rien n'est moins sûr. Pour Europe 1, si le gouvernement est intervenu pour le "recaser", c'est bien sur fond de mobilisation contre la loi travail : Thierry Lepaon recasé, c'est un signal de bonne volonté envoyé au syndicat. Le Canard y voit en tout cas, non sans une note d'humour, la preuve que "le gouvernement n'est pas sectaire"..

Votre réponse
Postez un commentaire