En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Après les attentats, la parole raciste se libère: "J'allais faire mes courses, je me suis retrouvé agressé"

People stand in front of flowers, candles and messages laid at a makeshift memorial in Nice on July 18, 2016, in tribute to the victims of the deadly attack on the Promenade des Anglais seafront which killed 84 people. France was set to hold a minute's silence on July 18, 2016 to honour the 84 victims of Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, a 31-year-old Tunisian who drove a truck into a crowd watch
 

Depuis les attentats, l'association SOS Racisme s'inquiète de la multiplication des propos racistes alors que la permanence juridique est d'habitude moins sollicité l'été. Mehdi, ancien médecin-urgentiste victime d'une agression, a expliqué à RMC subir des propos racistes au quotidien.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire