En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Attaque du Thalys: comment la police ferroviaire assure notre sécurité
 

Comment renforcer la sécurité dans les trains? Cette question refait surface depuis l'attaque du Thalys vendredi dernier. Pour l'heure, un service de police est exclusivement consacré à la sécurité dans les trains: le Service national de la police ferroviaire (SNPF). En clair, 930 patrouilles sécurisent quotidiennement 1.430 trains. RMC a suivi une de ces patrouilles à la gare du Nord, à Paris.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • strikler
    strikler     

    le gouvernement préfère les flics derrière les jumelles..... pognon, pognon......

  • ancien
    ancien     

    Pourquoi est il annoncé deux opinions alors que lorsque l'on fait f5 on se retrouve brutalement avec six opinions qui font apparaitre des doublons ??????? Ce site est tenu en dépit du bons sens.

  • ancien
    ancien     

    Vous pensez que c'est facile pour les policiers ? Ce serait un sacré coup de chance s'ils arrivaient à mettre la main sur un gars qui se trimbale avec des armes, si vous croyez que les autres ont une pancarte sur le front !!! Imaginons que vous soyez ce policier, comment vous y prendriez-vous ? Sans compter que là on est braqué sur les trains et en particulier les Thalys, il est vraisemblable qu'il n'y aura plus rien dans ces trains mais les occasions de faire du mal sont tellement multiples et variées que, comme l'a dit si justement et sans crainte de dire une bourde le premier ministre, il faudra vivre avec cette épée de Damoclès. Il ne faut pas minimiser les risques, ils sont partout. Ça n'empêche pas de contrôler mais l'arme la plus efficace est celle qui a marché dans ce cas précis, avoir des gars entrainés, anonymes et capables de réagir efficacement.

  • Rivesaltes
    Rivesaltes     

    La question: comment la police ferroviaire n'assure pas notre sécurité?

  • chloe
    chloe     

    Il n'y a pas de sécurité dans les trains, sincèrement jamais un policier ne m'a demandé de vider mon sac à main, ni ma valise, contrôle du ticket oui, aussitôt assise aussitôt contrôlée.

    ancien
    ancien      (réponse à chloe)

    Vous pensez que c'est facile pour les policiers ? Ce serait un sacré coup de chance s'ils arrivaient à mettre la main sur un gars qui se trimbale avec des armes, si vous croyez que les autres ont une pancarte sur le front !!! Imaginons que vous soyez ce policier, comment vous y prendriez-vous ? Sans compter que là on est braqué sur les trains et en particulier les Thalys, il est vraisemblable qu'il n'y aura plus rien dans ces trains mais les occasions de faire du mal sont tellement multiples et variées que, comme l'a dit si justement et sans crainte de dire une bourde le premier ministre, il faudra vivre avec cette épée de Damoclès. Il ne faut pas minimiser les risques, ils sont partout. Ça n'empêche pas de contrôler mais l'arme la plus efficace est celle qui a marché dans ce cas précis, avoir des gars entrainés, anonymes et capables de réagir efficacement.

    ancien
    ancien      (réponse à ancien)

    Doublon du au fonctionnement particulièrement capricieux de ce site !!!!!!

    ancien
    ancien      (réponse à chloe)

    Vous pensez que c'est facile pour les policiers ? Ce serait un sacré coup de chance s'ils arrivaient à mettre la main sur un gars qui se trimbale avec des armes, si vous croyez que les autres ont une pancarte sur le front !!! Imaginons que vous soyez ce policier, comment vous y prendriez-vous ? Sans compter que là on est braqué sur les trains et en particulier les Thalys, il est vraisemblable qu'il n'y aura plus rien dans ces trains mais les occasions de faire du mal sont tellement multiples et variées que, comme l'a dit si justement et sans crainte de dire une bourde le premier ministre, il faudra vivre avec cette épée de Damoclès. Il ne faut pas minimiser les risques, ils sont partout. Ça n'empêche pas de contrôler mais l'arme la plus efficace est celle qui a marché dans ce cas précis, avoir des gars entrainés, anonymes et capables de réagir efficacement.

Votre réponse
Postez un commentaire