En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Antonio Fischetti, ce jeudi matin chez Jean-Jacques Bourdin.
 

Chroniqueur permanent depuis 15 ans à Charlie Hebdo, Antonio Fischetti aurait dû être présent mercredi dans les locaux de l'hebdomadaire satirique. Encore sous le choc de l'attaque qui a fait 12 victimes, il raconte chez Jean-Jacques Bourdin que la surveillance policière s'était relâchée ces derniers mois, et appelle à la survie de Charlie Hebdo.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • dani42
    dani42     

    Bonjour Monsieur le Président de la République Française, 5ème puissance du monde. Tout va (encore) bien aujourd'hui ?

    lilikaigoudi
    lilikaigoudi      (réponse à dani42)

    Que viens faire votre post ici ? En quoi le président est responsable de ce qui s'est passé Hier ?
    Votre conscience ne vous demande pas d'avoir un peu de respect pour les victimes ?
    Avec vos propos vous n'êtes pas mieux que ces minables ayant commis l'horreur !

    lilikaigoudi
    lilikaigoudi      (réponse à dani42)

    Que viens faire votre post ici ? En quoi le président est responsable de ce qui s'est passé Hier ?
    Votre conscience ne vous demande pas d'avoir un peu de respect pour les victimes ?
    Avec vos propos vous n'êtes pas mieux que ces minables ayant commis l'horreur !

    lilikaigoudi
    lilikaigoudi      (réponse à dani42)

    Que viens faire votre post ici ? En quoi le président est responsable de ce qui s'est passé Hier ?
    Votre conscience ne vous demande pas d'avoir un peu de respect pour les victimes ?
    Avec vos propos vous n'êtes pas mieux que ces minables ayant commis l'horreur !

  • vite_1789
    vite_1789     

    "Charlie Hebdo: "J'aurais dû être là, entre Honoré et Tignous", raconte Antonio Fischetti ".

    Comme quoi dire n'importe quoi ça marche !
    Bon, rien ne l'empêche de s’immoler par le feu, hein ?

    lilikaigoudi
    lilikaigoudi      (réponse à vite_1789)

    Ayez un peu de respect pour les victimes !

Votre réponse
Postez un commentaire