En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Jean-Marc Jancovici, enseignant à l’école des Mines et consultant sur les questions énergétiques, ce lundi chez Jean-Jacques Bourdin.
 

Jean-Marc Jancovici, enseignant à l’école des Mines et consultant sur les questions énergétiques, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi. Selon lui, remplacer le nucléaire par des énergies renouvelables coûterait bien plus cher que la rénovation complète de notre parc de centrales.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • pas glop pas glop
    pas glop pas glop     

    Jancovici : On commencera à l'écouter quand il investira son habitation principale à Bure, qu'il passera ses vacances (avec enfants) aux plages de La Hague, et qu'il fera les visites commentées à Tchernobyl et Fukushima (in situ). Aussi quand il jouera cartes sur tables avec ses parts dans l'industrie nucléaire (qu'il a, ou plus malin qu'il n'a plus...). Enfin quand il cessera de se croire, avec un sourire en coin, sorti de la cuisse de Jupiter. Elite méprisante, bon à mettre dans le même sac que Giscard et consorts. Comment peut-on ainsi valider les choix nucléaires sans donner quitus à des politiques militaristes (lobby militaire), coloniales (la France Afrique minière), jacobine et régalienne (on impose les sites de production, de traitement et bientôt de stockage) qui confortent l'ascendant des élites (Ah oui, le corps des mines !) mais qui ne rassurent pas du tout devant l'évidence des risques minimisés par les dirigeants et leurs médias chiens de garde. Risques technologiques et vulnérabilité aux attentats.

    Bernard Martin
    Bernard Martin      (réponse à pas glop pas glop)

    Vous qui aimez parler de lobby comme arriverez vous à prouver que les anti-nucléaires ne sont pas payés par le lobby pétrolier et gazier mondial e qui doit se faire 500 fois plus d'argent que celui du nucléaire, tout en étant de situation de monopole mondial?

    Après tout il n'y a pas de scientifiques chez les anti-nucléaires, la corruption doit être rampante chez des ignorants pareils qui croient pouvoir creuser 500m dans le sol à Bure avec des pelles...

  • themoon
    themoon     

    Tous ces experts, comme moi je suis pape, devraient venir sur le terrain, où plutôt sur l'océan atlantique, puisque c'est lui qui nous climatise, chez nous en France.J'ai des documents officiels de la Marine Marchande, qui font des relevés de toutes sortes depuis plus de 50 ans. Rien n'a changé.

  • cat26
    cat26     

    c'est le même qui nous avait dit que le nuage de Tchernobyl s'était arrêté a la frontière, et c'est aussi les mêmes aujourd' hui qui le croit

  • 109600
    109600     

    Encore un expert français. En comptant mon voisin,mon beau frère et les gosses cela fait 66,03 millions. Le compte est bon.

  • OBSERVATOIREduNUCLEAIRE
    OBSERVATOIREduNUCLEAIRE     

    Jancovici ment comme il respire, et voici pourquoi, il suffit de voir la composition de la consommation mondiale d'énergie :

    - pétrole+gaz+charbon : 84%
    - renouvelables : 14% (en hausse rapide)
    - nucléaire : moins de 2% (en chute continue depuis 2001)

    Donc, même si les risques nucléaires n'étaient pas si graves que ça (encore faudrait-il poser la question aux gens de Fukushima), le nucléaire a de toute façon une part si dérisoire (qui va continuer à se réduire) qu'il ne réduit en rien le changement climatique.

    Jancovici sait d'ailleurs cela parfaitement, mais il "oublie" de le dire, en bon VRP de l'industrie nucléaire...

    r521
    r521      (réponse à OBSERVATOIREduNUCLEAIRE)

    "According to the latest World Energy Outlook published by the IEA, it has already avoided the release of around 56 Gt of CO2 since 1971, which is equivalent to two years of emissions at current rates."
    C'est déjà pas mal avec deux % du mix mondial, n'est-ce-pas ?
    Une énergie pas chère (4 fois moins que le solaire ou l'éolien avec les technologies actuelles), relativement efficace et sûre... Celà ne veut pas dire qu'il faut pas rechercher des formes alternatives, c'est essentiel, mais pourquoi se priver d'une solution qui peut se montrer très bénéfique à moyen terme ? Pourquoi soutenir le lobby pétrolier et ainsi bloquer la recherche sur la fusion nucléaire (dont les seuls produits sont de l'eau et de l'hélium, gaz dont nous manquons actuellement à cause des autres industries et avec une quantité négligeable de radioactivité impliquée) ?

    anthony83
    anthony83      (réponse à OBSERVATOIREduNUCLEAIRE)

    Il faut savoir lire et comprendre.... Environnementalement parlant, un réchauffement climatique affecterait la terre entière alors qu'un problème nucléaire n'affecterait qu'une région plus ou moins grande mais serait moins global. Ensuite le réchauffement climatique arrive maintenant on le sait alors qu'une catastrophe nucléaire a un risque infime de se produire (depuis 60ans 2 incident majeure sur combien de centrale, le premier est du a une erreur humaine et ne devrait pas se reproduire), le second est du a la combinaison de plusieurs facteur, un séisme suivi d'un tsunami mais pas n'importe quel type puisqu'il a fallu que la géométrie du terrain mette en "résonnance" plusieurs réplique afin de créer un super tsunami... ce qui n'existe pas partout dans le monde vous en conviendrez... Donc oui il a raison, il y a plus de chance qu'on soit affecté par le réchauffement climatique que par une catastrophe nucléaire à échelle mondiale !

    cat26
    cat26      (réponse à anthony83)

    on erra quand cela se produira, j'espère que ce jour la vous habiterez a coté

  • sipernovache
    sipernovache     

    c'est une évidence mais il a oublié de dire que la réélection d'Hollande en 2017 serait le pire .....

Votre réponse
Postez un commentaire