Pharmacie, paris
 

Le Conseil de l'ordre national des pharmaciens doit débattre ce mardi du projet d'instaurer une clause de conscience pour la profession. Une mesure qui pourra conduire un pharmacien à refuser "d'effectuer un acte pharmaceutique susceptible d'attenter à la vie humaine". Certains s'inquiètent de voir ainsi des pharmaciens refuser de délivrer la pilule du lendemain pour des motifs religieux.  Faut-il une clause de conscience pour les pharmaciens?

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Facebook-385528524928637
    Facebook-385528524928637     

    Éternel sujet dont certains ne le réduisent qu'à la contraception d'urgence pour favoriser la récupération communautariste. L'ordre a communiqué, ce serait bien d'essayer de l'écouter, y compris si c'est "se faire violence" et de transcrire publiquement les informations officielles, et non les ragots de comptoirs de bas étages non dignes de la profession dans le but de faire du "buzz". Cette personne, Claire-Marie de Pontbriand, n'est pas inscrite à l'ordre des pharmaciens et donc en tant que telle n'exerce pas la profession de pharmacien en France. Il s'agit surement d'un faux témoignage ou un faux témoin. La profession est entièrement outrée par ce fait. Tous les pharmaciens savent que la contraception d'urgence n'est pas remise en cause après le communiqué de Mme Adenot du mois de juillet . Merci de publier un rectificatif ou de nous faire part de la véritable identité du témoin.

  • Bédouine29
    Bédouine29     

    Bonjour,
    Je ne suis pas du tout d'accord avec Mme Chadoutant. Rappelons que la loi Veil prévoyait elle-même une clause de conscience. On ne voit vraiment pas pourquoi le personnel soignant, médecins, infirmières..., pourrait l'exercer, à l'exclusion des pharmaciens ?! Le principe est exactement le même : et c'est précisément de reconnaître aux personnes confrontées à un cas de conscience dans l'exercice de leur profession le droit de faire valoir leurs convictions humaines (et/ou religieuses, mais ne ramenons pas toujours le débat à cela s.v.p.). La personne est une et non pas schizophrène ("J'ai des principes chez moi mais plus sous ma blouse"), et c'est un critère d'une démocratie vraie que de respecter également la liberté de conscience du praticien.
    Aucun pouvoir n'a le droit de forcer la conscience de quelqu'un -fût-il habillé d'une blouse- pour l'obliger à porter atteinte à une vie humaine si sa conscience s'y refuse (et pour répondre à un précédent commentaire : on sait très bien que la pilule du lendemain PEUT provoquer un avortement très précoce, lorsqu'elle intervient alors qu'il y a eu fécondation).
    D'autres pays européens ne connaissent pas cette incohérence de refuser la clause de conscience aux seuls pharmaciens. Pourquoi la France maintiendrait-elle cette injustice ?

  • Bédouine29
    Bédouine29     

    Bonjour,
    Je ne suis pas du tout d'accord avec Mme Chadoutant. Rappelons que la loi Veil prévoyait elle-même une clause de conscience. On ne voit vraiment pas pourquoi le personnel soignant, médecins, infirmières..., pourrait l'exercer, à l'exclusion des pharmaciens ?! Le principe est exactement le même : et c'est précisément de reconnaître aux personnes confrontées à un cas de conscience dans l'exercice de leur profession le droit de faire valoir leurs convictions humaines (et/ou religieuses, mais ne ramenons pas toujours le débat à cela s.v.p.). La personne est une et non pas schizophrène ("J'ai des principes chez moi mais plus sous ma blouse"), et c'est un critère d'une démocratie vraie que de respecter également la liberté de conscience du praticien.
    Aucun pouvoir n'a le droit de forcer la conscience de quelqu'un -fût-il habillé d'une blouse- pour l'obliger à porter atteinte à une vie humaine si sa conscience s'y refuse (et pour répondre à un précédent commentaire : on sait très bien que la pilule du lendemain PEUT provoquer un avortement très précoce, lorsqu'elle intervient alors qu'il y a eu fécondation).
    D'autres pays européens ne connaissent pas cette incohérence de refuser la clause de conscience aux seuls pharmaciens. Pourquoi la France maintiendrait-elle cette injustice ?

  • Chadoutaud
    Chadoutaud     

    Une précision de taille: je ne suis pas du tout à l'origine de la pétition!!! Je l'ai signée mais pas instaurée!

  • UnPharmacien
    UnPharmacien     

    Totalement d'accord avec Mme Chadoutant. Nous avons le monopole de la distribution des médicaments, et ça implique des responsabilités, telles que délivrer tous les médicaments à chaque patient se présentant sauf si ça se révèle contraire à son intérêt (mise en danger de sa santé), et ce sans exception. Quant à Mme de Pontbriand, son 1er argument est erroné, merci de relire la monographie des "pilules du lendemain", qui agissent en retardant l'ovulation : lorsqu'elles sont efficaces il n'y a donc jamais présence d'embryon car pas de fécondation

Votre réponse
Postez un commentaire