En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pourquoi les femmes aiment-elles donner la fessée?

Claude se demande si la fessée est pour les femmes un moyen de se venger des hommes ou de les dominer.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • fessesaclaques
    fessesaclaques     

    Je suis exactement comme vous et aimerait la recevoir comme vous: grondé, déculotté, couché en travers des cuisses d'une belle femme et fessé très longuement à mains nues, fesses écarlates et délicieusement brulantes.
    Pui, mise au coin, les mains sur la tête.

  • bretmorbihan
    bretmorbihan     

    Il y a des hommes et des femmes aimant administrer la fessée.
    Je suis un homme de 60 ans et j'ai toujjours aimé recevoir la fessée administrée par une femme. Comme un morveux, allongé en travers des genoux pantalon et slip baissé. Fessé à mains nues. ëtre ensuite mis au coin, à genoux les fesses écarlates à l'air et les mains sur la tête. Très humiliant, mais j'adore.
    Je cherche encore des fesseuses.... il suffit d'ajouter arobas et yahoo.fr à mon pseudo pour me joindre. Bonnes fêtes de fin d'année
    Cordialement
    Philippe

  • Renarchéri
    Renarchéri     

    Alors voila Maitresse. Nous avions rendez-vous au Lac de Bret à 18h30. En ce qui me concerne Maitresse chérie, je suis arrivé à 18h déjà. Je me suis garé et j’ai laissé tourner le moteur de mon Espace Maitresse chéri. Ceci afin que le chauffage continue à chauffer la cabine. J’ai vu passer quelques voitures puis mon maitre fesseur. Il faisait nuit. Il frappa à ma vitre et me dit : »C’est toi qui va recevoir une bonne correction. Vouiiiii luis dis-je avec une voix peu rassurée. « Alors laisses-moi entrer. » Ce que je fis. Il me demanda de baisser mon pantalon. Je m’exécutais avec un peu d’appréhension. Il me saisit sous son bras et commença à me donner la fessée sur le slip. C’était une préparation a ce qui allait suivre. Même sur le slip je commençais à sentir mes fesses chauffer. C’était particulier à l’extérieur de la voiture la neige tombait. Après dix bonnes minutes de ce régime il cessa de me fesser. Avec ses deux mains il saisit mon slip et délicatement le descendit à la hauteur de mes genoux.
    Il me reprit sous son bras, et commença par me caresser les fesses, puis il recommen4a à me fesser. Alors que la neige tombait à l’extérieur et que le vent soufflait, mes fesses commençaient gentiment à rougir. Bientôt chaque centimètres carré de mon cul aura été fouatter.
    J’appréciais avec beaucoup d’excitation cette bonne correction. Il avait vraiment beaucoup de plaisir à me fesser et le plaisir était réciproque.
    Après une demie heure de ce traitement il m’ordonna de me revêtir et disparu dans la nuit.

  • renard
    renard     

    La fessée, voila un sujet qui ne devrait pas laisser indifférent. Je vous parle d’un temps que les moins de 45 ans ne peuvent pas connaître. J’étais à l’époque en internat dans un canton catholique ! Je dois dire que je l’ai reçue à chaque fois que je faisais un écart notoire. En effet c’était devenu la correction préférée des élèves, filles et garçon. Je m’explique : Nous n’avions pas le choix. Ou plutôt si nous avions le choix entre une bonne fessée qui durerait au maximum dix minutes et les arrêts un mercredi après-midi. Autant dire que les possibilités offertes n’étaient pas légion.
    Après avoir fait une très mauvaise interro. Ceci à deux reprises consécutives nous savions que le châtiment qui nous était réservé n’allait pas tarder. La maîtresse, comme nous l’appelions alors nous convoquait devant son bureau, et là, devant les autres élèves ricanant elle nous baissait les culottes et nous flanquait alors une correction qui devait rester dans nos mémoire.
    Je pense que l’humiliation prenait largement le dessus car la fessée se devait de claquer afin que l’effet y soit.
    Les « copains » regardaient la scène, en ricanant. Mais ils étaient conscient qu’un jour ou l’autre ils y passeraient aussi. Alors lorsque je recevais ma fessée je m’en faisait guère sachant qu’à terme, c’est moi qui serait à leurs place.
    Je pense même que c’est moi qui provoquais la « mégotte » afin de recevoir une bonne fessée. En effet, lorsqu’elle me fessait, elle s’occupait de moi !
    Avec le temps elle comprit mon stratagème et c’est vers son mari, le maître des grands, qu’elle m’envoyait. Ce dernier employait un martinet pour nous corriger.
    A la maison je n’étais pas beaucoup plus sage car j’ai le souvenir d’avoir reçu quelques bonnes claques sur les fesses.
    Pour conclure, avec le recul, ces fessées pour la plupart méritées ne me laissent pas un souvenir désagréable. C’est pour cela que je pense que la fessée ne devrait pas disparaître du catalogue des punitions.
    En revanche je suis absolument contre le fait de battre des enfants jusqu’à les marquer. BG

  • fessesaclaques
    fessesaclaques     

    A mon avis, elles peuvent aimer la donner par jeu et pour procurer un plaisir réciproque dans le couple.
    C'est dans cette situation, que selon moi une fessée donnée par une femme est un pur plaisir.
    Jacques.

Votre réponse
Postez un commentaire