En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le commissariat de Grenoble.
 

Après la mort d'un homme de 52 ans vendredi soir à Echirolles, dans la banlieue de Grenoble, la question de la légitime défense se pose toujours pour les policiers.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Bajul
    Bajul      

    Quand un policier se fait tirer dessus ça paraît me semble t'il faire moins d'histoires que quand il tire lui même avant de prendre une balle !!! Voilà pourquoi les policiers hésitent et se laissent cramer plutôt que de tirer pour se défendre ......Il faut que ça change il me semble et que les voyous sachent ce qu'ils risquent ......

  • Bajul
    Bajul      

    Quand un policier se fait tirer dessus ça paraît me semble t'il faire moins d'histoires que quand il tire lui même avant de prendre une balle !!! Voilà pourquoi les policiers hésitent et se laissent cra

    olivierkrb
    olivierkrb       (réponse à Bajul)

    Ils avaient un taser! Ils ne pouvaient pas s'en servir? Non! Il fallait le tuer. §Un taser vous met KO un joueur de football américain en pleine santé, sobre et sous stéroïde. Le Taser aurait été plus que efficace sur un poivrot pas en grande forme et de surcroit de 52 ans. Il y a un usage manisfeste disproportionné de la force, c'est même un assasssinat en bande organisée. 5 mec en peline santé, sobre, armé d'un panel d'arme : matraque, Ton-fa, lacrymo, taser, arme lourde et pistolet. Au lieu de neutralisé, ils ont annihilé. Moi, ça me fait froid dans le dos.

  • Milouze74
    Milouze74      

    "Une analyse balistique est en cours, notamment pour savoir si l’arme de la victime était chargée, si elle aurait pu blesser l’un des policiers". Quel intérêt ? Avec ce genre d'analyse, on laisse entendre que tant qu'un policier n'a pas pris une balle, il ne peut pas riposter. Ca laisse une belle marge de manoeuvre pour les criminels.

    olivierkrb
    olivierkrb       (réponse à Milouze74)

    Non, avec ce genre d'analyse, on laisse entendre qu'un des policiers auraient pu prendre une bastos. Et le procureur comme l'IGPN jouent sur l'incurie de gens comme vous en matière d'armes à feu. Transformé un pistolet d'alarme en véritable arme à feu, c'est le risque de finir avec un moignon. Les pistolet d'alarme, pour blesser quelqu'un de mortellement avec, faut être fort. Avoir fait son service national, ça sert. Utiliser des armes dans le cadre de sa profession, ça sert aussi. C'est comme ça que l'on remarque que le procureur et l'IGPN prennent les gens pour des benêts.

Votre réponse
Postez un commentaire