En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

François Fillon, invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV

François Fillon, invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV
 

De 8h35 à 9h30, Jean-Jacques Bourdin reçoit l'ancien Premier ministre François Fillon.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • BJP034
    BJP034     

    Mes sympathies à l'UMP ne me permettent pourtant pas d'accorder la moindre confiance à F Fillon (pas plus qu'à Copé). Ces 2 individus ont écoeuré la plupart des militants et sympathisants par leurs facéties désastreuses de décembre 2012. F Fillon s'est contenté de rester durant 5 ans dans l'ombre de N Sarkozy en pensant se faire une bonne petite carrière politique ultérieurement. C'est raté... Il y a des femmes et hommes de valeur au sein de ce parti politique qui sauront se faire valoir d'ici 2017 sans penser à leurs intérêts personnels.

  • le rappeur de lespace
    le rappeur de lespace     

    Pourquoi les médias français ne parlent ils pas de l'incendie du siège de la Présidence de Sarajevo par les manifestants contre le chômage et la pauvreté ??? Peur que cela ne contamine la France ???

  • belendosses1
    belendosses1     

    Qu'est ce qu'on va foutre avec un mec comme ça ?
    un bon coup de balai pour virer cette bande de bons a rien qu'ils soient de gauche ou de droite

  • Moricet
    Moricet     

    Mr Bourdin j'ai apprécié votre franchise lors de votre passage chez Ruquier.Votre prochain invité c'est le prototype même d'homme politique qui n'inspire plus du tout confiance.

  • FRANCE 2017
    FRANCE 2017     

    les politques ASSEZ..! Une véritable bombe : la publication des résultats de l'enquête annuelle publiée chaque année dans le Monde, menée par l'institut Opinionway et le Centre de Recherche Poltique de Sciences Po, intitulé "Baromètre de la confiance politique".

    C'est la 5e édition mais, pour la première fois cette année, le 13 janvier, la presse n'en a dévoilé que 41 pages sur 84.

    Ca a mis la puce à l'oreille de Valeurs actuelles qui s'est demandé ce qu'on voulait nous cacher, et s'est procuré les résultats de l'enquête, qu'elle publie dans son n° 4026 (de Valeurs actuelles).

    Les résultats sont stupéfiants, c'est un séisme politique. En voici le résumé fidèle :

    - 75% des Français ne font plus confiance à l'Etat, ni à la république.
    - 88% rejettent catégoriquement les partis politiques.
    - 87% jugent que Hollande n'a pas l'étoffe d'un président, ça c'est moins étonnant.
    - 61% sont prêts à manifester, alors qu'ils n'étaient que 30% en 2010 !!
    - 71% ne font pas confiance aux syndicats.
    Mais la stupeur :

    50% ne croient plus à la démocratie et souhaitent avoir à la tête du pays "un homme fort qui n'a pas à se préoccuper du parlement ni des élections".

    Traduction en clair : un roi ou un dictateur, ou du moins un pouvoir personnel fort.

    12% souhaitent même que l'armée dirige le pays !!

    Ca c'est du jamais vu depuis 200 ans et ça montre la crise où ces gouvernements d'énarques coupés du pays réel, et d'hommes politiques profiteurs de droite ou de gauche ont plongé le pays.

    Sans surprise,

    - 36% placent Sarkozy en tête,
    - 34% Marine Le Pen, tous les autres hommes politiques de tous bords sont très loin derrière.
    - 67% pensent qu'il y trop d'immigrés en France,
    - 50% sont pour le rétablissement de la peine de mort (ils n'étaient que 35% en 2011).
    Quelles que soient les réflexions que nous suggèrent ces résultats, on voit en tout cas à quel degré de crise profonde nous a mené la politique de ces dernières décennies.

    Quant à l'UMP, si elle veut revenir au gouvernement, elle ferait bien d'en tirer les leçons :

    les Français ne veulent plus être gouvernés par les énarques, ils aspirent à un changement radical.

Votre réponse
Postez un commentaire