En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les GG présentent : les Témoins Grandes Gueules

Les GG présentent : les Témoins Grandes Gueules
 

Du lundi 2 au vendredi 6 décembre les Grandes Gueules mettent à l’honneur les acteurs de l’actualité !

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Chferran
    Chferran     

    Christian FERRAN vendredi 22 novembre 2013
    17130 – MONTENDRE
    **** Madame, Messieurs "les grandes gueules",

    Carton rouge pour votre "lynchage" de la déléguée du SNES…par moments je me suis cru à une curée, c'était assez pitoyable voire même indigne.
    Les parents d'élèves ont déniché un enseignant sur le 'Bon coin' alors que le Rectorat n'y parvient pas, c'est évidemment contestable.
    Ce qui serait bien de votre part, ce serait de contacter dans un mois ou deux les parents d'élèves pour connaître l'opinion qu'ils ont sur leur candidat, qui peut s'avérer très bonne.

    Mais connaissez vous bien les règles de ce même Rectorat concernant l'absence (maladie, maternité….) d'un professeur : cette absence n'est prise par l'administration en cours que si elle dépasse 3 semaines. Deux solutions donc :
    - demander d'entrée un congé de plus de trois semaines,
    - raccourcir au maximum son congé avec risque de rechute.

    En ce qui concerne les professeurs trouvés sur annonce, il y a de bons résultats, pourquoi pas, mais permettez moi (sans généraliser, bien sur ) de vous donner deux exemples que j'ai eu à connaître pendant ma carrière :
    - en Lycée, pas de prof de maths, donc sur annonce il est déniché un mathématicien possédant Master donc aux connaissances éprouvées.
    Certes mais avec un fort accent du Magrebh (je n'y suis pour rien) qui a vite fait de le défavoriser auprès des élèves, malgré nos interventions pour l'aider. De plus ce qui était évident pour lui ne l'était pas pour son public.

    - En collège : il y avait un parent d'élèves qui bouffait du prof à tour de bras. Ingénieur chimiste au chômage, brillant, cultivé, il faisait des ravages.
    Et voilà qu'un jour, chômeur, il souhaite s'essayer au "facile" métier d'Enseignant…et un mois plus tard il rendait son tablier car "ce n'était pas fait pour lui".

    Autre précision : j'entends souvent dire aux "Grandes gueules" que quand ils font grève, les enseignants sont payés.
    Ce serait correct de votre part de corriger cette affirmation jetée à la vindicte populaire par quelques "couillons habillés en homme" qui se targuent de savoir beaucoup de choses.
    C'est donc malsain et faux : en 37 ans dans l'Education nationale (parti à la retraite à 61 ans) j'ai fait plus d'une centaine de journées de grève et à chaque fois le 30ème de mon salaire ( même pour une heure de grève) et de mes heures sup m'a été retiré, sauf une seule fois (la gauche étant au pouvoir…) où sur 5 jours de grève 2 nous ont été payés sur demande des syndicats mais certainement pas de moi connaissant les règles du jeu.
    Dites vous bien que si les jours chômés étaient payés, il y aurait beaucoup plus de grévistes ces jours là, car qui n'a pas "des enfants à élever, une maison ou un emprunt à rembourser".

    Une anecdote montrant l'éthique de l'administration : qui peut recruter soit un maître auxiliaire à l'année ou un vacataire pour 200h précises à l'issue desquelles il "dégage". Il faut donc minimum deux vacataires, de la même matière, différents pour une classe.
    Donc une année le Rectorat a nommé M.A. et vacataires (deux statuts bien différents) et au bout de 200h a décidé la transformation des postes de M.A. en Vacataire et vice-versa pour qu'une seule et même personne puisse assurer ses cours l'année entière, sans surcoût pour le Rectorat.
    Stratagème odieux pour les individus que nous avons contesté et pour lequel nous avons obtenu gain de cause, ce qui ne sera peut être pas du goût de certains de vos champions du libéralisme parmi vos "pensionnaires".

    Ceci étant, je vous écoute régulièrement, mais ce matin j'ai été particulièrement gêné par cette hargne collective.
    Cordialement. .

Votre réponse
Postez un commentaire