En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Accusations contre Gilbert Rozon: "On m'a fait comprendre que c'était le boss, qu'il fallait lui faire plaisir"
 

Après les accusations d'agression et de harcèlement sexuel contre un de ses jurés, Gilbert Rozon, M6 a décidé jeudi de déprogrammer son émission La France a un incroyable talent. Marlène Bolduc fait partie des femmes qui ont dénoncé les actes de Gilbert Rozon. RMC a recueilli son témoignage.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • .Bajul
    .Bajul     

    Marlène Bolduc
    je tiens absolument à vous faire part de ma solidarité envers vous et condamne fermement le commentaire de l'abruti qui a usurpé mon nom (Bajul) pour polluer ce forum . bonne journée

  • .Bajul
    .Bajul     

    Marlène Bolduc
    je tiens absolument à vous faire part de ma solidarité envers vous et condamne fermement le commentaire de l'abruti qui a usurpé mon nom (Bajul) pour polluer ce forum . bonne journée

  • Bajul
    Bajul     

    Si t'appelles ça "manquer de respect" , Marlène , faut que tu sortes un peu , tu verras ce que c'est vraiment le manque de respect !!!!!

    Marlène Bolduc
    Marlène Bolduc      (réponse à Bajul)

    Les entrevues sont toujours hyper coupées. Il manque plein de détails.

    Été 2016 : je travaillais pour un organisme en tant qu’animatrice-cycliste. On pédale en transportant maximum 3 personnes assises sur un banc derrière nous. Cet été-là, notre équipe a été embauchée par le festival Juste pour rire. Un soir, je dois embarquer Gilbert Rozon ainsi que deux de ses employés sur mon vélo pour un voyage d’environ 10 minutes.

    À bord, ils jasent entre eux : un des passagers dit qu’il aurait préféré engager des voitures au lieu de nos services. Rozon répond que lui, il est bien content de son choix puisqu’il a vue sur mon « beau dos cambré ». « Ça doit être ferme ces cuisses-là? », qu’il lance. Rires des employés. C’est à ce moment qu’il détache son foulard et se met à me fouetter « le beau dos cambré » comme si j’étais un animal de calèche. Rires.
    Je fige. Je fais un petit rire de malaise. Je me sens totalement humiliée. Je cherche à dissimuler mes larmes. Puis, il décide qu’il prend le contrôle, que c’est lui qui pédale et je dois aller m’asseoir avec ses boys en arrière. Il termine en me donnant un pourboire pour que je m’achète une bière, le gentleman.

    J’écris ce texte dans le but de sensibiliser les harceleurs. Il est impératif, à mon avis, que ceux qui posent ce genre de gestes prennent conscience que leurs actions peuvent créer un traumatisme. Ce n’est pas anodin. C’est un comportement à caractère sexuel inacceptable. Mon corps m’appartient, tu ne peux pas te l’approprier, me sexualiser et m’humilier comme bon te semble. Tu m’as réduite à un objet. Tu m’as terrifié au point où j’étais figée. On pourra m’accuser d’être trop susceptible, me dire que ce sont des blagues, des compliments même, mais cela banaliserait l’effet que cet épisode a eu sur moi.

Votre réponse
Postez un commentaire