En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Gynécologue en burn-out: "J&squot;ai beau adorer ce que je fais, je ne peux pas y laisser non plus ma peau"
 

Selon l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), 50% des médecins, infirmiers, kiné ou dentistes, hospitaliers ou libéraux, sont ou ont été concernés par le burn-out. C'est le cas d'Isabelle, gynécologue dans le Sud-Ouest, qui témoigne ce mardi sur RMC.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • vanda100
    vanda100      

    On peut la comprendre. Les médecins libéraux en ville louent souvent des locaux très tristes pour ne pas trop amputer leurs recettes. Ils sont souvent seuls. En groupe, cela doit être plus gai.... On remarque que les médecins, davantage les libéraux que ceux qui travaillent en milieu hospitalier, sont tristes, voire ont des troubles psy.

  • 109600
    109600      

    C'est vrai que travailler là où les autres s'amusent peut être déprimant.

Votre réponse
Postez un commentaire