En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Hollande homme d'État de l'année: "A l'étranger, son image est excellente"

François Hollande recevant son prix d'Homme d'Etat de l'année, ce lundi soir à New York.
 

Selon l'avocat Dominique Villemot, auteur de François Hollande, le courage de réformer (éd. Privat) et intime du président, l'attribution au chef de l'État français du prix d'homme d'État de l'année lundi à New York est largement méritée. Il explique pourquoi dans Radio Brunet, sur RMC.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • o.icaros
    o.icaros     

    "C'est celui qui en Europe a maintenu la Grèce dans la zone euro, s'il n'était pas intervenu il y a un an et demi, la Grèce serait sortie de la zone euro et la zone euro aurait peut-être explosé."
    C'est ce que nous dit son copain et biographe.
    En ce qui concerne la Grèce, Hollande n'a rien sauvé. Il s'est opposé à Merckel pour paraître.
    La Grèce ne pouvait pas être exclue de la Grèce car dans les traités il n'y a aucune clause d'exclusion. Si elle existait, la Grèce aurait été virée. Comme on n'a pas pu la virer, il a fallu traiter le dossier grec.
    Il ne faut pas confondre clause d'exclusion et clause de retrait.
    Dans les traités, il n'y a qu'une clause de retrait. C'est à dire que seule la Grèce pouvait demander son retrait sans qu'on puisse faire pression sur elle.
    En 2005 j'avais voté contre le traité constitutionnel justement pour cette raison. Absence d'une clause d'exclusion.

Votre réponse
Postez un commentaire