En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
000_TC0BZ.jpg
 

Pierre Gattaz ne veut pas que la perception d'allocations chômage "donne un confort fictif" aux chômeurs. Et pour être sûr de l'éviter, il évoque l'idée d'un "contrôle journalier" de ces demandeurs d'emploi. Une technique qui a déjà été déployée chez certains de nos voisins européens, rappelle à RMC.fr l'économiste Anne Fretel. Mais avec, explique-t-elle, des effets plutôt négatifs.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Luc 68
    Luc 68     

    On pourrait aussi par exemple contrôler les salaires et primes des dirigeants d'associations loi 1901 qui sont, soient disant "à but non lucratif" ?

  • pete drire
    pete drire     

    on devrait commencer par controler ou est passer l'argent qu'il a eu pour soi disant créer son Million d'emplois.

    Blake
    Blake      (réponse à pete drire)

    Actuellement, ces études ont été faites et la plus grande partie des 40 milliards ont été directement dans les poches de l'actionnariat ce qui en soit n'est pas une surprise. Des chiffres européens qui ne sont jamais évoqués mettent en évidence que la France a des problèmes de compétitivité mais elle a surtout le patronat le plus irresponsable d'Europe.
    Je parle des chiffre du % de l'argent reversé à l'actionnariat qui crève le plafond en France qui est très loin devant le second pays Européen.
    Voilà le problème numéro 1 de la compétitivité française.

Votre réponse
Postez un commentaire