En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Anouar Kbibech, président du CFCM, ce mardi dans les Grandes Gueules sur RMC.
 

Interrogé sur l'opportunité d'inviter la présidente du Front National au Conseil français du culte musulman, son président Anouar Kbibech a répondu "pourquoi pas". Il a aussi détaillé le plan du CFCM pour lutter contre la radicalisation de certains musulmans français.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • gege29
    gege29     

    qu'elle refuse ce piège tordu

  • La comtesse
    La comtesse     

    LA QUESTION QUE LES GG NE POSENT JAMAIS : LIBERTE DE CONSCIENCE

    L' islam sera toujours incompatible avec la république tant qu' il refusera à ses partisans la "LIBERTE de CONSCIENCE", (Article premier de la consiutution de la République).
    C' est à dire le droit de renier sa religion, d' en changer, de devenir agnostique ou athée...
    Le non respect de ce dogme islamique (APOSTASIE) est même puni de mort dans certains pays comme l' Arabie, Mauritanie, Somalie, Soudan etc...

    Voila ce que déclarait AMAR LASFAR recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin 2013 de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) : "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar dans « Laïcité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997 Amar Lasfar est un Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée reconnu par l'état depuis 2004. Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003 dit arrêt Refah, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ». Tout est dit ! La discussion est close à jamais, la charia est la loi indissociable de l'islam qui est donc incompatible avec la loi de la république ! Syllogisme irréfutable !!!
    la Cour européenne des droits de l’homme, dans un arrêt du 31 juillet 2001 confirmé le 13/02/2003, a affirmé que « la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme ». Mais l’islam et la loi islamique, ce n’est pas la même chose, c’est sûr !
    Qui connaît cet arrêt de la Cour de Strasbourg ?

    Voilà, encore, ce qu' écrivait mon ex collègue, brillant universitaire objectif : Mohamed Ibn Guadi, islamologue à l'Université de Strasbourg et directeur du programme d'islamologie au centre français d'études du Moyen-Orient (AFEMO) de Toulouse. Il nous enseigne quelques vérités dérangeantes sur l'islam, qui est une idéologie politique plus qu'une religion au sens strict : « On s’offusque aujourd’hui de la politisation de l’islam. Ce terme lui-même est également un non-sens. L’islam a toujours été politique. Mais il ne faut nullement lui prêter une connotation péjorative. La seule forme d’organisation politique que connurent les musulmans à travers leur histoire depuis les origines de l’islam fut l’Etat islamique. […] Que l’on soit choqué ou non, le fait que des musulmans puissent déclarer que le Coran passe avant les lois de la République est parfaitement juste en Islam. On peut en être offusqué, mais on ne peut retirer à ces propos leur cohérence avec 14 siècles d’histoire islamique. Les efforts des musulmans qui souhaitent concilier islam et laïcité sont vains. Il est tout aussi vain pour des musulmans de rechercher des textes à l’appui d’une telle conciliation. Il n’existe aucun texte provenant des hadiths ou du Coran, ou des commentaires exégétiques islamiques, qui spécifie la place que devrait avoir un musulman en terre infidèle puisqu’il existe en Islam la zone musulmane (Dar al-Islam) et la demeure de la guerre (dar al-Harb) » Mohamed Ibn Guadi, L'islam a toujours été politique ! Après recherche, j'ai retrouvé sa chronique dans LE FIGARO du 17 juin 2OO3. Cette analyse n'est pas de circonstance, c'est une constante de la majorité des croyants musulmans ! C'est clair désormais pour vous ?

    Extrait des 40 hadiths (dires de Mahomet) de An Nawawi
    Hadith 14
    Selon Ibn Masoud, l’Envoyé de Dieu a dit:
    « Il n’est pas licite de faire couler le sang du musulman, sauf s’il s`agit d’un des trois coupables que voici : le marié qui commet l’adultère, le meurtrier qui subira le sort de sa victime, et l’apostat qui se sépare de la communauté musulmane ».

    Firech
    Firech      (réponse à La comtesse)

    Commentaire trop long et condescendant voulant avoir raison à tout pris. De plus le pseudo "la comtesse" qui sert de cache à l'auteur de ces lignes insipides est tout simplement ridicule...

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à Firech)

    Quant à la vacuité de votre raisonnement, le débat ouvert est bien raccourci par vos arguments confondants !

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à Firech)

    Quant à la vacuité de votre raisonnement, le débat ouvert est bien raccourci par vos arguments confondants !

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à Firech)

    Vous devriez prendre un abonnement au reader's digest !
    on écrit : à tout priX !
    Parce que @firech ne l'est pas ?
    L' insipidité est une question de goût et votre jugement pour le moins obtus !

    Firech
    Firech      (réponse à La comtesse)

    C'est vraiment faible d'utiliser les erreurs de frappes pour critiquer mais bon... tous les moyens sont bons quand on est débusqué.
    Vous osez écrire : "mon ex collègue, brillant universitaire objectif : Mohamed Ibn Guadi" mais qui êtes vous vraiment "comtesse"? N'ayez pas peur vous ne risquez rien...

    al Azar
    al Azar      (réponse à La comtesse)

    Vous touchez là à un point fondamental nécessitant un aggiornamento de notre religion afin de la rendre compatible avec la République et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l' Etat !
    Mais le dogme islamique est figé sur ce point essentiel
    LOI DE 1905
    Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
    Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. [...] »

    al Azar
    al Azar      (réponse à La comtesse)

    Vous touchez là à un point fondamental nécessitant un aggiornamento de notre religion afin de la rendre compatible avec la République et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l' Etat !
    Mais le dogme islamique est figé sur ce point essentiel
    LOI DE 1905
    Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
    Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. [...] »

    al Azar
    al Azar      (réponse à La comtesse)

    Vous touchez là à un point fondamental nécessitant un aggiornamento de notre religion afin de la rendre compatible avec la République et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l' Etat !
    Mais le dogme islamique est figé sur ce point essentiel
    LOI DE 1905
    Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
    Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. [...] »

    al Azar
    al Azar      (réponse à La comtesse)

    Vous touchez là à un point fondamental nécessitant un aggiornamento de notre religion afin de la rendre compatible avec la République et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l' Etat !
    Mais le dogme islamique est figé sur ce point essentiel
    LOI DE 1905
    Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
    Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. [...] »

    al Azar
    al Azar      (réponse à La comtesse)

    Vous touchez là à un point fondamental nécessitant un aggiornamento de notre religion afin de la rendre compatible avec la République et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l' Etat !
    Mais le dogme islamique est figé sur ce point essentiel
    LOI DE 1905
    Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
    Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. [...] »

Votre réponse
Postez un commentaire