En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Parti Pris d'Hervé Gattegno, du lundi au vendredi à 8h20 sur RMC.
 

Un sondage a annoncé mardi que Nicolas Sarkozy était en tête au premier tour, aussitôt démenti par un autre. Difficile d'y voir clair à moins de 40 jours de l'élection. La vraie surprise de la campagne, c'est qu'il n'y en a pas. Explications…

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • tetra
    tetra     

    Et un ... et deux ... si tu monte au ciel tu auras la gagne ... l'espoir fait vivre ... !! mais pourquoi t'y crois pas ... !! ... t'as un doute ... tu te dis que .. !! peut etre que .. !! mais ne te fais pas trop d'illusion ... !! les requins sont bien en place ... et bien organisès ... les peaux bleues sont fèroces quand vient l'heure du festin ... petit poisson clown ... ton espoir est lègitime ... mais tellement à la merci des prèdateurs ... /// .

  • blatitude
    blatitude     

    Rien n'est joué dans cette présidentielle. Les commentateurs qui espèrent et annoncent depuis des semaines la victoire de François Hollande pourraient bien être déçus à l'arrivée. Outre la lente remontée de Nicolas Sarkozy et le peu d'enthousiasme que rencontre le projet socialiste et ses soixante propositions (qui les connaît ?), deux facteurs peuvent affaiblir la position de Hollande au premier tour : le maintien entêté d'Eva Joly ( "J'irai jusqu'au bout", dit-elle dans Le Parisien) et la dynamique enclenchée par Jean-Luc Mélenchon (qui est déjà à 10% dans les sondages). Sarkozy, lui, a en main des cartes qui lui permettent de s'adresser à la fois au "populisme" de droite avec son discours sur l'immigration, et à celui de gauche avec son projet de traquer les exilés fiscaux. Ceux qui assurent qu'il se lepénise doivent convenir qu'il se mélanchonise tout autant. Quant à l'antisarkozysme qui sert de programme à son adversaire avec l'appui de la quasi-totalité des médias, il conforte le candidat de la droite dans sa posture de victime du système en place.

  • Marin Breton
    Marin Breton     

    En outre, le plan d’austérité de François Fillon frappe le secteur privé, mais épargnera une fois de plus les bénéficiaires des régimes spéciaux des entreprises publiques – EDF, SNCF, RATP, Banque de France... –, dont l’âge de départ ne sera augmenté de deux ans qu’en 2023.

    Précisons que, même à cette date, une minorité d’entre eux seulement partira à 62 ans puisque bon nombre d’agents de la SNCF, de la RATP et d’EDF-GDF prendront leur retraite à 57 ans (voire 52 ans pour les conducteurs de la SNCF !).
    La réforme de 2010 devait donc s’appliquer à ces ultra-privilégiés cinq ans plus tard. L’écart avec le commun des salariés sera finalement de six ans.

    La différence de traitement entre les salariés du privé et ceux de ces entreprises publiques s’aggrave donc encore. En somme, la « rigueur », mais pas pour tous ; cela, ni François Fillon ni François HOLLANDE se gardent de le préciser.Hollande annonçait en Novembre 2011 ;""La première décision que je prendrai sur cette question des retraites, c’est de permettre à ceux qui ont cotisé 41 années et qui ont 60 ans de partir". Ça veut dire qu’on rétablira l’âge légal. Les salariés qui n’ont pas cumulé 41 annuités pourront partir en retraite à 60 ans, mais ils auront une décote", a-t-il déclaré." ET POUR LES VOLEURS de EDF SNCF et autres Profiteurs RIEN ne change Bien sûr !!

  • Ψ
    Ψ     

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-IE2I2012/article/2012/01/20/prix-de-l-essence-qui-dit-vrai_1632244_1471069.html#ens_id=1655754

  • Alain du 50
    Alain du 50     

    Et on en remet une couche avec cette élection bipartite. Ce matraquage perpétuel comme quoi l'election est pliée et que n'existe que les soit disant deux poids lourds est d'une lassitude et d'un navrant... Quelle belle lobotomisation des esprits . Mais Il n'y a qu'une chose que vous n'avez pas sondé et que vous devriez faire, c'est la capacité de résistance et de reveil du Pekin Francais.

    Et puis, souvenez vous du 21 avril 2002, ca existe les surprises. La Campagne officielle commence, pour l'instant il n'y a eu que des insultes et des passes d'arme.

  • Rushi
    Rushi     

    le président sortant a un bilan mauvais.il ne suffit pas d'etre économiste pour comprendre la baisse du pouvoir d'achat des français,actuellement il fait du spectacle et certaines personnes y croient,c'est triste pour ce pays.

  • Rushi
    Rushi     

    aux journalistes de RMC,pourquoi dans certaines de vos émissions,vous ne traitez pas certains sujets de fond.ce sont maintenant les élections en France,parler de l'immigration,c'est génial,qui impose les dictateurs dans ces pays? en cote d'ivoire,au gabon,au togo?soyons sérieux,vous pensez que nous ne comprenons rien.Merci

  • odine
    odine     

    faudrait déjà que Bayrou soit présent au premier tour ce qui me parait tout à fait improbable. Tant que l'on tapera comme çà sur Sarko je voterai pour lui, s'il était tellement mauvais on ne s'acharnerait pas comme çà. La gauche à tout de même des "réservoirs" de voix qui devraient la calmer un peu mais apparemment c'est à gauche toute ou rien, chapeau la colo !!

  • centuryfox
    centuryfox     

    ça serait une bonne idee de voter un bayrou et pourquoi pas!!! c' est là la surprise.

  • theo.
    theo.     

    SONDAGES : Je ne croirais aux sondages que lorsqu'ils seront publiés comme des publications scientifiques et que l'on pourra les discuter ___

    A - MATERIEL (population étudiée),
    B - METHODES (choix de l'échantillon, et méthodes statistiques employées),
    C - RESULTATS BRUTS,
    D - DISCUSSION
    E - CONCLUSION... Pour l'instant, nous n'avons que les conclusions de leurs études et l'on peut faire dire n'importe quoi aux données.
    F - Enfin de l'étude, les REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES pour l'étude qu'auront faites les instituts de sondages...

    Voila l'art et la manière de rédiger !
    ---

    A – MATERIEL : Comment sont réalisés les échantillonnages (de quoi est-il constitué) et quels sont les proportions d’hommes et de femmes, la répartition par classes d’âge, la répartition par catégories professionnelles, la répartition sociologique

    B – METHODES :
    B1-MEHTODES SUR LES ECHANTILLONS :
    Sondage in situ, par téléphone (quelle est la fiabilité ?), par courrier ?
    Quelles questions sont posées (ouvertes ou fermées), est-ce que les questions n’offrent qu’un choix possible, quelle correction appliquent-ils, ont-ils éludés quelques données pour leurs études (quels sont les biais) ?

    B2-METHODES STATISTIQUES : quels tests sont appliqués ? Quelles corrections ?

    C - Peut-on accéder aux DONNEES BRUTES et aux QUESTIONS QUI SONT POSEES ?

    E – DISCUSSION : analyse des résultats et comparaison avec d’autres sondages à la même période et dans les mêmes conditions

    E – CONCLUSION et avis des sondeurs sur l’étude.

    F - Quelles REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ? ________Faut-il être grand clerc pour voir que cette compétition se déroulera entre le PS, l’UMP , le FN et le MoDem ? ___

    Tous feront un score de plus de 15 % au premier tour…
    Hollande sera le premier et la seconde place sera disputée entre Bayrou (qui a de fortes chances d’y être), Le Pen et Sarkozy… ___

    Les sondages ont-ils pour but de changer l’opinion (manipulation avec les partis) pour inciter les votants à voter « utile » pour leurs deux favoris que sont Hollande et Sarkozy ? ___

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire