En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le Programme du 30 Novembre
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • MarieB
    MarieB      

    J'ai 58 ans et je suis titulaire d'un Master en agronomie - productions végétales depuis 2015, qui me permet d'enseigner cette discipline dans l'enseignement agricole. Comme je n'ai jamais passé le CAPES, je n'ai jamais pu trouver un poste de contractuelle. J'ai donc sollicité l'éducation nationale. L'an dernier, je me suis retrouvée dans un collège, en SEGPA. J'ai tenu jusqu'en avril, face à la démobilisation de ces élèves en très grandes difficultés scolaires et/ou sociales et/ou psychologiques mais, également, par le manque de motivation de ma hiérarchie et de la bureaucratie.
    Depuis 2008, je donne des cours de soutien en mathématiques de la 6ème à la 2nde. Les parents sont satisfaits des progrès de leurs enfants et des résultats scolaires dans cette matière. Comme je suis sans poste cette année et donc au chômage de l'éducation nationale, j'ai proposé mes compétences en mathématiques pour des remplacements en collège. Comme je n'ai pas le niveau maths d'ingénieur, ma demande a été déboutée. Pourtant, il n'y a pas besoin d'un tel niveau pour enseigner les fractions, la géométrie, les équations du 1er degré à une inconnue, la fonction affine et linéaire, les situations de proportionnalité, etc. Je suis donc payée une misère avec des allocations chômage qui tombent de façon irrégulière sur mon compte, alors que je veux travailler et pouvoir vivre de mon travail et, on me refuse le droit de travailler.
    Je suis très déçue de l'éducation nationale. Son fonctionnement est excessivement complexe et toute démarche demande des semaines pour aboutir ou pas. Le terme de "mammouth" n'est pas faux. Un bon coup de balai serait nécessaire dans cette institution. Lorsqu'un enseignant fait une demande pour une activité qui servirait aux enfants, on vous dit toujours qu'il n'y a pas le budget nécessaire. C'est bien là que le bas blesse. Pour avoir un service éducatif compétent, il faut les moyens humains, financiers et pédagogiques. Souvent, toute idée novatrice est refusée par les syndicats ou leurs représentants dans les établissements, qui ont un poids considérable et néfaste dans les décisions.
    Je connais beaucoup de profs qui regrettent le choix d'enseigner qu'ils ont fait et, démotivés, font leurs heures et basta. Je pense qu'il y a de bon enseignants mais l'institution ne favorise absolument pas leur épanouissement à cause du poids syndicat et hiérarchique. Tout cela se reporte bien entendu sur les enfants. L'éducation nationale est devenue trop technocratique ce qui a pris la place du pragmatisme qu'il devrait y avoir dans les programmes. Les méthodes et techniques pédagogiques sont désuètes et pourtant, toujours enseignées en ESPE. La théorie béhavioriste est encore d'actualité puisque toute pédagogies alternative n'est pas bien vue. J'en ai conclu que en haut lieu, on veut fabriquer des ignares qui ne seront plus capables de raisonner et uniquement compétents pour consommer.

  • Dylan76
    Dylan76      

    Bonjour les grandes gueules. Savez-vous à quoi correspondent les critères de ces vignettes ? Elles ne prennent pas en compte la pollution directement mais l’année de production de votre véhicule. Hors ma petite clio de 2007 pollue bien moins que le gros 4*4 tout neuf. Cette vignette ne sert donc à rien sinon à satisfaire les bobos parisien. Une mesure pour la forme mais rien sur le fond.

    lenordnan
    lenordnan       (réponse à Dylan76)

    sans oublier la rentrée de fric pour faire je ne sais quoi pour je ne sais qui

Votre réponse
Postez un commentaire