En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les communes rurales majoritairement pour le retour à la semaine de quatre jours
 

Alors que les communes doivent se prononcer sur le retour ou non à la semaine de quatre jours, RMC s’est procuré les premières tendances.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • roperc'h
    roperc'h     

    vu que ls élèves français sont les meilleurs du monde , je propose deux jours d 'école et les profs touts contents ne feraient plu grève , quoique !!!

  • mysti
    mysti     

    en quelques décennies on est passé de 5 jours d'école par semaine (à une époques ou les enfants à 8 ans savaient lire et écrire couramment) à 4 jours 1/2, puis 4 jours, et ce sera 3 jours, 2 jours... puis 1 jour par mois. Nos enfants seront les plus incultes du monde mais ils seront contents et les enseignants seront contents aussi encore que'.... ils trouveront encore le moyen de râler et de faire grève.

  • eric Gardner de Béville
    eric Gardner de Béville     

    Pourquoi limiter la semaine de 4 jours aux écoles? Il y a 10 ans déjà je proposais la semaine de 4 jours et 3 jours de week-em¡nds, et je viens d'envoyer une nouvelle propsoition d'article dans ce sens.. Voir texte ci-dessous

    La semaine de quatre jours peut-elle sauver les 35 heures?

    La semaine des quatre jours oeuvrés fera-t-elle partie du tsunami de renouveau qui traverse la France? Alors que nous vivons ces mois-ci en France une époque unique et inconnue jusqu’alors avec l’élection d’un président sans parti, une déferlante REM, la décomposition des partis traditionnels et l’apparition de députés “constructifs” pour les uns et “traîtres” pour les autres, on peut se poser la question de savoir si les jours des 35 heures des années 90 sont comptés?
    En effet, l’idée des 35 heures connues et créées pour être la panacée des sans-emplois, pour réduire le chômage et créér des emplois semble appartenir à un autre âge. Il n’y a plus de débat aujourd’hui pour savoir si les 35 heures votées en 1998 ont créé ou détruit de l’emploi et de la richesse en France. La page est tournée. Les 35 heures comme mesure de réduction du chômage sont désuètes et dépassées.
    Toutefois, selon l’expression anglaise “The King is dead, long live the King”, qui veut dire un roi est mort, le roi son successeur prend la suite, peut-on dire les 35 heures sont mortes, longue vie aux 35 heures? En d’autres termes, peut-on penser que les 35 heures sont mortes mais voici maintenant la semaine des quatre jours oeuvrés et trois jours de week-end?
    La génération Y, les fameux Millennials nés entre 1980 et 1995 -les dates varient selon les définitions- réclament haut et fort un équilibre entre le travail et les loisirs qui leur permet de “travailler pour vivre” et non pas de “vivre pour travailler”. La vie a d’autres buts que le travail même si le travail reste important.
    Est-il dès lors impensable et incensé d’envisager une semaine de quatre jours et un week-end de tros jours? Cela existe déjà presque dans certains pays -comme l’Espagne- où bon nombre d’entreprise et prestataires ferment le vendredi après-midi et proposent donc un week-end de deux jours et demi. J’insiste en souligant que pour être envisageable la semaine de quatre jours oeuvrés doit être aussi productive sinon plus que la semaine actuelle de cinq jours. Cela est possible en 1) maintenant le temps de travail hebdomaire au niveau des 35 heures et 2) augmentant la productivité des employés et des machines par la formation, robotisation et réorganisation de l’outil de travail en France.
    En ajoutant 45 minutes aux huit heures de travail journalier, la semaine de quatre jours compterait 35 heures. Quel employés ne serait pas disposé à ajouter trois-quart d’heure de travail par jour pour avoir trois jours de week-end? Quant à la formation destinée à améliorer l’efficacité, elle existe en France depuis longtemps et ça fonctionne très bien lorsqu’elle est bien encadrée et administrée. Que ce soit dans l’informatique, le juridique, la technique ou tout autre domaine, la personne mieux formée, informée et qualifiée est plus productive.
    Par exemple, un vendeur qui distribue des produits et qui est ensuite formé à bien négocier les contrats avec les fournisseurs et clients deviendra tout naturellement plus efficace et productif. De même, il n’est plus aujourd’hui nécesaire de démontrer les progrès évidents et l’augmentation de productivité dus à la mécanisation et robotisation de nos industries en France. Nous vivons actuellement une époque où “l’internet des choses” va accélérer ces processus et augmenter encore plus la productivité. Une autre voie est l’harmonisation des normes entre les pays. Dans le secteur de l’automobile par exemple, lorsque les normes aux USA et dans l’UE seront harmonisées il ne sera plus nécessaire d’avoir deux lignes de production séparées pour les deux marchés. Le gain de productivité pourrait être de presque 50%. De plus, il y a déjà certaines écoles élémentaires publiques -notamment à Tassin en region Lyonnaise- qui veulent faire l’expérience des quatre jours.
    Il n’est pas non plus insenssé de penser qu’un week-end de trois jours aurait un effet positif sur l’économie dans la mesure où les citoyens dépenseront plus en achats et loisirs. Ce faisant, ils dynamiseront le commerce local, stimuleront l’offre et la demande et favoriseront la création d’emploi et de richesse. Lors de sa première campagne présidentielle, Obama proclamait “yes we can”. Soyons plus productifs et clamons à notre tour “yes week-end”!
    De toute évidence la mise en place d’un tel schéma requiert une volonté affirmée et soutenue, une analyse approfondie des données économiques à modifier et améliorer, une concertation de tous les partenaires impliqués et surtout un

Votre réponse
Postez un commentaire