"Les Français sont ceux qui travaillent le moins d’Europe, il faut passer aux 39 heures"

Carrément Brunet de 13h à 14h sur RMC.
 

Pour Eric Brunet, les Français sont ceux qui travaillent le moins d’Europe, il faut passer aux 39 heures. Et vous? Carrément d'accord? Carrément pas  d'accord? Votez, donnez votre opinion et écoutez "Carrément Brunet" dès 13h sur RMC! "Les Français sont ceux qui travaillent le moins d’Europe, il faut passer aux 39 heures"

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • raleurpro
    raleurpro     

    Bonjour Eric. Pas d'accord avec vous.

    Sérieusement, vous n'en avez pas marre de vouloir faire travailler plus les salariés ? Vous êtes encore sur vos obsessions ? Les fonctionnaires, les syndicalistes, les salariés, les chômeurs... tous pourris ? Tous auraient besoin d'une bonne correction ?

    Ne vous en déplaise, le travail se partage.
    Un travailleur payé 8 Euros de l'heure à qui on va proposer de travailler plus...hésitera; car le temps, c'est certes de l'argent, mais c'est aussi du "capital vie". Et un smicard a moins d'intérêt à grignoter ce capital qu'un haut salaire.

    Je m'explique : 65 % des dépenses d'un foyer sont liées à l'aménagement du confort de vie (logement, garde d'enfant, loisirs payants, transports, équipement électroménager...); or, toutes ces dépenses permettent mécaniquement de gagner du temps ("capital vie" économisé) et d'avoir à sa disposition plus de choix entre du travail et du loisir. Dans l'inverse logique, un smicard que l'on ferait travailler plus, même s'il augmenterait substantiellement son revenu, réduirait son "capital vie", l'obligeant à investir dans l'aménagement logistique de ce temps perdu pour maintenir son niveau de vie, cela rendant ainsi caduques les efforts produits.
    Ainsi, on en revient à la logique productiviste déshumanisée du XIXème siècle, où les ouvriers n'avaient pas conscience de la valeur des efforts produits.

    Alors que si nous réduisions le temps de travail de 35 à ... disons 25 heures, cela permettrait d'étrécir ce paradoxe tout en libérant un temps partiel de travail à proposer sur le marché de l'emploi.
    Autre exemple tout simple, une "chaîne" de 10 personnes est plus efficace pour transférer une quantité importante d'unités que 10 personnes faisant chacune plusieurs fois le trajet de transfert; résultat : des économies de temps et d'efforts.

    Mais cela, bien que vous soyez largement assez intelligent pour le comprendre, vous ne voulez pas l'admettre; car la malhonnêteté intellectuelle paye plus quand on est un libéral égoïste comme vous que quand on aligne 35 heures / semaine pour un smic.

  • raleurpro
    raleurpro     

    Bonjour Eric. Pas d'accord avec vous.

    Sérieusement, vous n'en avez pas marre de vouloir faire travailler plus les salariés ? Vous êtes encore sur vos obsessions ? Les fonctionnaires, les syndicalistes, les salariés, les chômeurs... tous pourris ? Tous auraient besoin d'une bonne correction ?

    Ne vous en déplaise, le travail se partage.
    Un travailleur payé 8 Euros de l'heure à qui on va proposer de travailler plus...hésitera; car le temps, c'est certes de l'argent, mais c'est aussi du "capital vie". Et un smicard a moins d'intérêt à grignoter ce capital qu'un haut salaire.

    Je m'explique : 65 % des dépenses d'un foyer sont liées à l'aménagement du confort de vie (logement, garde d'enfant, loisirs payants, transports, équipement électroménager...); or, toutes ces dépenses permettent mécaniquement de gagner du temps ("capital vie" économisé) et d'avoir à sa disposition plus de choix entre du travail et du loisir. Dans l'inverse logique, un smicard que l'on ferait travailler plus, même s'il augmenterait substantiellement son revenu, réduirait son "capital vie", l'obligeant à investir dans l'aménagement logistique de ce temps perdu pour maintenir son niveau de vie, cela rendant ainsi caduques les efforts produits.
    Ainsi, on en revient à la logique productiviste déshumanisée du XIXème siècle, où les ouvriers n'avaient pas conscience de la valeur des efforts produits.

    Alors que si nous réduisions le temps de travail de 35 à ... disons 25 heures, cela permettrait d'étrécir ce paradoxe tout en libérant un temps partiel de travail à proposer sur le marché de l'emploi.
    Autre exemple tout simple, une "chaîne" de 10 personnes est plus efficace pour transférer une quantité importante d'unités que 10 personnes faisant chacune plusieurs fois le trajet de transfert; résultat : des économies de temps et d'efforts.

    Mais cela, bien que vous soyez largement assez intelligent pour le comprendre, vous ne voulez pas l'admettre; car la malhonnêteté intellectuelle paye plus quand on est un libéral égoïste comme vous que quand on aligne 35 heures / semaine pour un smic.

  • raleurpro
    raleurpro     

    Bonjour Eric. Pas d'accord avec vous.

    Sérieusement, vous n'en avez pas marre de vouloir faire travailler plus les salariés ? Vous êtes encore sur vos obsessions ? Les fonctionnaires, les syndicalistes, les salariés, les chômeurs... tous pourris ? Tous auraient besoin d'une bonne correction ?

    Ne vous en déplaise, le travail se partage.
    Un travailleur payé 8 Euros de l'heure à qui on va proposer de travailler plus...hésitera; car le temps, c'est certes de l'argent, mais c'est aussi du "capital vie". Et un smicard a moins d'intérêt à grignoter ce capital qu'un haut salaire.

    Je m'explique : 65 % des dépenses d'un foyer sont liées à l'aménagement du confort de vie (logement, garde d'enfant, loisirs payants, transports, équipement électroménager...); or, toutes ces dépenses permettent mécaniquement de gagner du temps ("capital vie" économisé) et d'avoir à sa disposition plus de choix entre du travail et du loisir. Dans l'inverse logique, un smicard que l'on ferait travailler plus, même s'il augmenterait substantiellement son revenu, réduirait son "capital vie", l'obligeant à investir dans l'aménagement logistique de ce temps perdu pour maintenir son niveau de vie, cela rendant ainsi caduques les efforts produits.
    Ainsi, on en revient à la logique productiviste déshumanisée du XIXème siècle, où les ouvriers n'avaient pas conscience de la valeur des efforts produits.

    Alors que si nous réduisions le temps de travail de 35 à ... disons 25 heures, cela permettrait d'étrécir ce paradoxe tout en libérant un temps partiel de travail à proposer sur le marché de l'emploi.
    Autre exemple tout simple, une "chaîne" de 10 personnes est plus efficace pour transférer une quantité importante d'unités que 10 personnes faisant chacune plusieurs fois le trajet de transfert; résultat : des économies de temps et d'efforts.

    Mais cela, bien que vous soyez largement assez intelligent pour le comprendre, vous ne voulez pas l'admettre; car la malhonnêteté intellectuelle paye plus quand on est un libéral égoïste comme vous que quand on aligne 35 heures / semaine pour un smic.

Votre réponse
Postez un commentaire