En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le parti pris d'Hervé Gattegno
 

EDITO - Le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats sur le projet de loi El Khormi persiste. Pour y mettre un terme, il faudrait trouver de l'apaisement et un terrain de discussion. Au point où on en est, tout le monde semble être disposé à dialoguer sauf Manuel Valls. Selon le Premier ministre, un recul sur cette réforme serait une faute politique. Il est plus à la recherche d'une victoire personnelle que d'une réforme.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • ancien
    ancien     

    Il est certain que l'exécutif est dans une situation que l'on ne peut qualifier d'enviable mais il a une grosse part de responsabilité, M.Valls le premier qui, dès le début, a laissé transparaitre son intention éventuelle de recours au 49.3. Donc, partant de là il a négligé la fameuse pédagogie et, en un mot, a braqué beaucoup de monde. Ils ont, lui et le président, affirmé haut et fort qu'ils ne cèderaient pas ... et voilà pourquoi votre fille est muette. Ensuite ils ont pensé laisser pourrir la situation mais n'ont pas tenu compte des casseurs à la solde d'on ne sait qui et nous sommes dans une situation bordélique.

  • ocean
    ocean     

    Valls ou la CGT , il faut un dialogue , il doit bien exister un compromis

Votre réponse
Postez un commentaire