En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des forces kurdes irakiens prennent part à une opération de l'armée américaine en Irak, le 12 Novembre 2015. (image d'illustration)
 

Jacques Poinas, ancien chef de l'unité de coordination antiterroriste et François-Bernard Huyghe, spécialiste de géostratégie à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) étaient les invités de l'édition spéciale d'RMC, pour un éclairage géopolitique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • sipernovache
    sipernovache     

    ça ne servira a rien, depuis Mars 4000 terroristes infiltrés en Eu parmis les migrants d'après les services secrets Hongrois, les gouvernements de l'EU en ont étés informés de suite par un député européen en Mars et ont tenus secret l'information .....

  • FedexSchumi
    FedexSchumi     

    il n'est pas sérieux !! la syrie, la russie, l'iran ne sont pas assez puissants !!! c'est une alliance internationale qu'il faut !!
    c'est intervention au sol et aérien !!! "aucun pays occidental et surtout pas les etats unis " et bien quand je vois ça je me dis que DAESH n'a pas de souci à se faire !!

  • ocean
    ocean     

    bonne analyse

    ancien
    ancien      (réponse à ocean)

    Bien résumé mais pensez vous vraiment que se retirer maintenant serait un bon signe donné à ces barbares ? Nous passerions pour des pleutres, bien sur vous allez penser que je ne fais aucun cas des risques encourus en persévérant dans notre ligne de conduite, il n'en est rien. Croyez vous qu'un tel comportement de notre part nous mettrait à l'abri ?? Je ne le pense pas, nous ne ferions que nous désigner comme des faibles dont on peut encore profiter. Il ne fallait peut-être pas s'engager sur cette voie mais la décision a été prise et maintenant il faut s'efforcer de tenir le rôle que nous avons endossé. On critique la décision de M.Sarkozy en ce qui concerne la Lybie mais que penser de celle de son successeur d'aller s'engluer au Mali, en Centrafrique et autres terrains d'opérations extérieurs alors que nous n'avons plus les moyens en personnel et en matériel !!!!! Avant de se lancer dans des opérations de guerre il faut, me semble t il, considérer tous les éléments et, là, la politique est mauvaise conseillère : elle ne tient pas assez compte de la vie humaine.

    ocean
    ocean      (réponse à ancien)

    y aller , mais pas seul ; L Angleterre , l Allemagne , l' Italie l'Espagne ETC quelle est leurs positions ?

Votre réponse
Postez un commentaire