En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le ministre turc des Affaires étrangères s'est exprimé lors d'un meeting électoral dimanche à Metz
 

Samedi, le ministre turc des Affaires étrangères est refoulé des Pays-Bas, où il doit tenir une réunion publique. Quelques heures plus tard, il réussit à s'exprimer lors d'un meeting électoral à Metz, en France. Une erreur du gouvernement pour Patrick Mignon, vice-président de Debout la France. Pour lui, le pays ne doit pas accueillir de meetings étrangers. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    On voit bien ici toute l'ambivalence du président Turc Recep Tayyip Erdogan qui joue de l'attaque en rabaissant l'Europe aux méthodes nazies sans que jamais à un seul instant il n'ait daigné soigner son comportement politique à l'égard des Kurdes et vis-à-vis de la démocratie. Alors qu'il a fait rejouer les élections Législatives pour mieux lancer des assauts ciblés sur les régions Kurdes, le voilà utilisant un "référendum" à double tranchant qui solidifierait son assise au sein de l'autocratie religieuse qui se développe en Turquie au nom de laquelle de nombreuses exactions sur les populations kurdes relevant de crimes barbares ont déjà eu lieu... Et puis n'oublions pas, surtout pour nous rapprocher des Conclusions du Tribunal de Nuremberg et comprendre l'état de guerre interne qui règne en Turquie depuis Öcalan et Gülen, le rapprochement historique de la Turquie avec l'empire nazi pour de simples questions de propagandes partagées... Finalement, toutes ces attaques dont le peuple turc se sent légitime, serait-on en droit de se demander si ce n'est pas pour servir les politiques nationalistes d'extrême-droite européenne en affaire avec le panarabisme bancaire ou développer le terrorisme révolutionnaire comme effet indésirable ?

Votre réponse
Postez un commentaire