En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Clichy sous Bois avait été le théâtre d'émeutes suite à la mort de Zyed et Bouna
 

Il y a dix ans, la mort de deux jeunes dans un site EDF à Clichy-sous-bois déclenchait trois semaines de violentes émeutes dans les banlieues françaises, contraignant le gouvernement d'alors à décréter l'état d'urgence. Alors que le procès de deux policiers débute ce lundi à Rennes, RMC s'est rendue sur place pour voir si ce drame a permis de faire changer les choses.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • MENELIK
    MENELIK     

    Pour ma part, lorsqu'il est inscrit " ENTREE INTERDITE - DANGER DE MORT", et bien je n'entre pas ! Mais moi je sais lire le français.

  • clara02
    clara02     

    Ce procès montre bien à quel niveau de laxisme ce pays est arrivé. Je ne vois pas en quoi ces policiers sont en faute; Par contre à quand le procès des émeutiers?

  • AgentK3
    AgentK3     

    Procès de Clichy-sous-bois: 10 ans après vous êtes toujours avec cette affaire... D'abord quand on a rien a se reprocher on ne cours pas devant la police... On a pas encore la police de Pinochet dans ce pays que je sache...

  • supernova
    supernova      

    RMC!

    une personne sur ce Forum quelque peu "limitée" reconnaissable l'orthographe d'un gamin de CE2 dernier de la classe et à ses insultes qui montrent son piètre niveau, s'amuse à copier les pseudos des autres utilisateurs. Pour que l'adresse de cette personne n'apparaisse pas sur ce forum et que les personnes qu'il insulte ne puissent en prendre connaissance, merci de faire le nécessaire.
    ses pseudos:
    alex di 81 , sipernova, tousauffhaine, monpopa machin, etc... Au mois 4 pseudos !

    Merci !

  • sipernova
    sipernova     

    années - Premiers succès[modifier | modifier le code]

    Tino Rossi est né à Ajaccio, 43 rue Feschn 1. Son père Laurent est artisan tailleur. Sa mère Eugénie se consacre, en plus de l'atelier familial, à sa grande famille de huit enfants. Constantin porte le prénom de l'un de ses frères, décédé en bas âge à la fin de l'année 1906. Dès son enfance, il aime chanter, chante tout le temps et tous ceux qui l'entourent lui reconnaissent une voix très pure. Bien que doté d'une grande mémoire, il préfère l'école buissonnière aux études studieuses. À moins de 20 ans, il rencontre Annie Marlan (1907-1981), l'une des violonistes venues donner un concert à la terrasse du café Napoléon, sur le cours ajaccien du même nom, en tombe amoureux, part avec elle sur la Côte d'Azur, l'épouse à Toulon et devient vite le jeune père de Pierrette, née à l'automne 1927n 2. Mais Tino a du mal à trouver un travail stable à Toulon et Annie demande vite le divorce.

    De retour penaud à Ajaccio, le voici, pistonné par les relations de son père, changeur au casino dont la brune secrétaire du directeur, Faustine Fratani (1912-1985), devient sa deuxième épouse. Hélas, le casino brûle en 1929. Nouveau départ pour le continent dans l'espoir d'une embauche au casino d'Aix-en-Provence. Les recommandations du premier adjoint au maire de la ville, un ami de la famille Rossi, restant sans résultat, le couple s'installe à Marseille dans une chambre miteuse du quartier des Réformés, en haut de la Canebière. De repas trop légers en boulots trop temporaires (voiturier, plongeur, portier de boîte de nuit...), Tino Rossi traverse les mois les plus pénibles de sa vie ; sa réussite et sa pudeur l'empêcheront de les détailler... Sa seule consolation, retrouver au bar « Le Terminus » les étudiants corses de la faculté de droit d'Aix-en-Provence et chanter pour eux, tous (Raymond Filippi, Dominique Stefanaggi, Alfred Albertini, Jean Orsoni...) futurs ténors du barreau ou magistrats de renom3,n 3.

    §« Chanteur de charme »[modifier | modifier le code]

    Pour l'heure, c'est le baryton-basse provençal Adrien Legros (1903-1993) qui le remarque, lui donne des conseils pour mieux respirer et poser sa voix et le met en relation avec le producteur de tournées Louis Allione, dit Petit Louis, qui le produit non sans succès sur de petites scènes de l'arrière-pays aixois (la toute première fois, en 1930, dans le village vauclusien de Laurisn 4) en le présentant comme « Le Roi des chanteurs de charme ». Inventée pour lui, l'expression « chanteur de charme » fera florès... Constantin choisit alors de devenir Tino en se rappelant la façon dont l'évêque d'Ajaccio avait, en le bénissant lors de sa confirmation, détaché les syllabes de son prénom : « Constant-tino »4.

    En 1932, à Marseille, alors qu'il arpente avec son père la rue Saint-Ferréol, son attention est attirée par une pancarte sur la devanture d'un magasin : « Enregistrez votre voix pour cent sous »n 5. Tino enregistre ainsi un disque en fer blanc qu'il destine à sa mère, comme le fera vingt ans plus tard Elvis Presley. Un représentant de la maison de disques Parlophone, présent dans la boutique, l'entend et l'invite à Paris pour enregistrer, moyennant 1 000 francs, son premier vrai disque, qui est aussi le premier disque de chansons corses jamais gravé puisqu'il comprend O Ciucciarella et la berceuse Nini-Nanna5,n 6.

    Toujours à Marseille, le 3 mars 1933, Tino est engagé « en qualité de ténorino » par Justin (Tintin) Milliard à l'Alcazar pour sept jours et quatorze représentations avant de passer sur une autre scène mythique de la ville, le Théâtre des Variétés6.

    §Son contrat avec Columbia[modifier | modifier le code]

    Vient rapidement le tour de la maison de disques Columbia de s'intéresser à lui. Séduit par le dynamisme entreprenant et novateur (notamment dans le domaine de la publicité) de son directeur, Jean Bérard, il signe un contrat en 1933 et enregistre parmi d'autres chansons : La Sérénade de Toselli, J’ai rêvé d'une fleur, L'Aubade du roi d’Ys, Le Tango de Marilou (son premier tube) et Venise et Bretagne, qui berça l'enfance très francophile de la reine d'Angleterre Elizabeth II7.

    Le succès de ces premiers enregistrements est prometteur. Un courrier abondant commence à arriver chez Columbia. La firme comprend qu'elle tient un « oiseau rare » et l'intègre dans ses tournées, où il côtoie les grands artistes Lucienne Boyer, Damia, Pills et Tabet, Mireille, Jean Sablon...

    Dopé par ses premiers succès, Tino Rossi, classé « Chanteur » et également inscrit à la rubrique « Ténor » dans les catalogues des disques Columbia des années 1930 répertoriant les interprétations classiques, souhaite l’accord de Reynaldo Hahn avant d’enregistrer ses mélodies D’une prison et Paysage. Confiant en son « poulain », Jean Richard, le directeur des studios

    supernova
    supernova       (réponse à sipernova)

    RMC!

    une personne sur ce Forum quelque peu "limité" reconnaissable à son orthographe d'un gamin de CE2 dernier de la classe et à ses insultes qui montre son piètre niveau, s'amuse à copier les pseudos des autres utilisateurs. Pour que l'adresse de cette personne n'apparaisse pas sur ce forum et que les personnes qu'il insulte ne puissent en prendre connaissance, merci de faire le nécessaire.
    ses pseudos:
    alex di 81 , sipernova, tousauffhaine, monpopa machin, etc... Au mois 4 pseudos !

    Merci !

    sipernova
    sipernova      (réponse à supernova )

    l'émission An American Family diffusée sur PBS s'introduit pour la première fois dans la vie privée des spectateurs pour relater en douze épisodes le divorce d'une famille californienne. Le modèle sera repris l'année suivante au Royaume-Uni sous le titre The Family et en 1992 en Australie dans Sylvania Waters. Ces programmes télévisés soulèvent un tollé. En 1987, il n'y a pourtant pas moins de 37 émissions de TV réalité aux États-Unis.





    Jade Goody, finaliste de la saison 3 de l'émission Big Brother, version britannique, et candidate de la saison 5 de Celebrity Big Brother.
    Créé en 1989, COPS, au cours duquel une équipe de télévision suit des policiers au quotidien, est l'une des émissions connaissant le succès le plus durable sur les écrans américains et est fréquemment considérée comme la première émission de téléréalité. D'autres programmes tels que The Real World sur MTV ou America's Most Wanted sur Fox popularisent le format.





    Loana, gagnante de la Saison 1 de Loft Story en 2001, et Massimo Gargia, candidat de la Saison 1 de La Ferme Célébrités en 2004.
    Les années 1990 voient émerger en France des émissions telles que Perdu de vue (inspirée de l'émission américaine Missing Person) dans laquelle une équipe d'investigateurs recherchent des personnes disparues ou Témoin n°1 qui tente de réconcilier des couples. Selon l'animateur, Jacques Pradel, véritable initiateur de la téléréalité en France : « Nous rétablissons la communication coupée entre les personnes, entre les couples, c’est le nouvel âge de la télévision. »1. Le succès est tel que la télévision publique produit à son tour La Nuit des héros qui reconstitue des accidents et l'intervention héroïque d'un « monsieur tout le monde » rassemble jusqu'à six millions de téléspectateurs. Le psychanalyste Gérard Miller déclare alors « C'est de l'exhibition de chair fraîche et de pulsions qui offre un spectacle pitoyable. »2.

    C'est en 1999 que l'archétype du genre, l'émission Big Brother (en référence au personnage du roman 1984 qui surveille tout le monde) produite par la société néerlandaise Endemol bouleverse le paysage audiovisuel mondial. Se présentant sous la forme d'un jeu où 12 participants sont enfermés pendant plusieurs semaines sous surveillance continue d'un système vidéo3, l'émission est très populaire et s'exporte dans 70 pays4. De nombreux autres programmes s'inspirent de tout ou en partie des idées mises en œuvre par Big Brother (Loft Story, Secret Story, Dilemme).





    Tila Tequila, vedette de l'émission américaine Tila Célib et Bi (A shot at love with Tila Tequila).
    Le concept de téléréalité rencontre un succès retentissant à double titre : d'une part les émissions connaissent un engouement exceptionnel se traduisant par des scores d'audimat très élevés et par un bouche-à-oreille créant un véritable phénomène de société et d'autre part par la rentabilité record de ces programmes dont le coût de production est extrêmement faible (pas de scénario, pas d'acteurs rémunérés et une mise en scène minimaliste)4.

    La télé-réalité se développe principalement durant les années 2000. En France, le concept est testé par la chaîne M6 dont le programme Loft Story (présenté par Benjamin Castaldi) est vilipendé par TF1 comme de la télé poubelle5. Néanmoins, après le succès phénoménal de la première saison6, la première chaîne française lancera à son tour des programmes de téléréalité tels que Star Academy, Nice People ou même Secret Story.

    On peut ainsi distinguer les notions de reality show et de téléréalité7 :
    Le reality show : format d'émission dans laquelle des individus ordinaires vivent réellement des situations extraordinaires. Le succès de ce concept démarre aux États-Unis en 1989 avec COPS. En France, on verra ce type d'émission tout au long des années 1990 : Perdu de vue, Témoin n°1, La Nuit des héros, Les Marches de la gloire, etc.
    La téléréalité (traduction de reality television) : format d'émission dans laquelle des individus ordinaires vivent artificiellement des situations plus ou moins ordinaires. Le succès de ce concept démarre en Europe en 1999 avec Big Brother. En France, ce sont les émissions des années 2000 : Loft Story, Koh-Lanta, Star Academy, L'Île de la tentation, etc.

    §Catégories d'émissions de téléréalité[modifier | modifier le code]

    §Vie en communauté[modifier | modifier le code]

    Le concept de ce type d'émission consiste à isoler des candidats pendant une durée déterminée (généralement de deux à trois mois) afin de permettre aux téléspectateurs d'observer leurs réactions3. Un candidat peut être éliminé après avoir échoué à une épreuve, après avoir été désigné par ses pairs ou encore par les téléspectateurs8. Les programmes de téléréalité sont très rentables car leur co

    sipernova
    sipernova      (réponse à supernova )

    l'émission An American Family diffusée sur PBS s'introduit pour la première fois dans la vie privée des spectateurs pour relater en douze épisodes le divorce d'une famille californienne. Le modèle sera repris l'année suivante au Royaume-Uni sous le titre The Family et en 1992 en Australie dans Sylvania Waters. Ces programmes télévisés soulèvent un tollé. En 1987, il n'y a pourtant pas moins de 37 émissions de TV réalité aux États-Unis.





    Jade Goody, finaliste de la saison 3 de l'émission Big Brother, version britannique, et candidate de la saison 5 de Celebrity Big Brother.
    Créé en 1989, COPS, au cours duquel une équipe de télévision suit des policiers au quotidien, est l'une des émissions connaissant le succès le plus durable sur les écrans américains et est fréquemment considérée comme la première émission de téléréalité. D'autres programmes tels que The Real World sur MTV ou America's Most Wanted sur Fox popularisent le format.





    Loana, gagnante de la Saison 1 de Loft Story en 2001, et Massimo Gargia, candidat de la Saison 1 de La Ferme Célébrités en 2004.
    Les années 1990 voient émerger en France des émissions telles que Perdu de vue (inspirée de l'émission américaine Missing Person) dans laquelle une équipe d'investigateurs recherchent des personnes disparues ou Témoin n°1 qui tente de réconcilier des couples. Selon l'animateur, Jacques Pradel, véritable initiateur de la téléréalité en France : « Nous rétablissons la communication coupée entre les personnes, entre les couples, c’est le nouvel âge de la télévision. »1. Le succès est tel que la télévision publique produit à son tour La Nuit des héros qui reconstitue des accidents et l'intervention héroïque d'un « monsieur tout le monde » rassemble jusqu'à six millions de téléspectateurs. Le psychanalyste Gérard Miller déclare alors « C'est de l'exhibition de chair fraîche et de pulsions qui offre un spectacle pitoyable. »2.

    C'est en 1999 que l'archétype du genre, l'émission Big Brother (en référence au personnage du roman 1984 qui surveille tout le monde) produite par la société néerlandaise Endemol bouleverse le paysage audiovisuel mondial. Se présentant sous la forme d'un jeu où 12 participants sont enfermés pendant plusieurs semaines sous surveillance continue d'un système vidéo3, l'émission est très populaire et s'exporte dans 70 pays4. De nombreux autres programmes s'inspirent de tout ou en partie des idées mises en œuvre par Big Brother (Loft Story, Secret Story, Dilemme).





    Tila Tequila, vedette de l'émission américaine Tila Célib et Bi (A shot at love with Tila Tequila).
    Le concept de téléréalité rencontre un succès retentissant à double titre : d'une part les émissions connaissent un engouement exceptionnel se traduisant par des scores d'audimat très élevés et par un bouche-à-oreille créant un véritable phénomène de société et d'autre part par la rentabilité record de ces programmes dont le coût de production est extrêmement faible (pas de scénario, pas d'acteurs rémunérés et une mise en scène minimaliste)4.

    La télé-réalité se développe principalement durant les années 2000. En France, le concept est testé par la chaîne M6 dont le programme Loft Story (présenté par Benjamin Castaldi) est vilipendé par TF1 comme de la télé poubelle5. Néanmoins, après le succès phénoménal de la première saison6, la première chaîne française lancera à son tour des programmes de téléréalité tels que Star Academy, Nice People ou même Secret Story.

    On peut ainsi distinguer les notions de reality show et de téléréalité7 :
    Le reality show : format d'émission dans laquelle des individus ordinaires vivent réellement des situations extraordinaires. Le succès de ce concept démarre aux États-Unis en 1989 avec COPS. En France, on verra ce type d'émission tout au long des années 1990 : Perdu de vue, Témoin n°1, La Nuit des héros, Les Marches de la gloire, etc.
    La téléréalité (traduction de reality television) : format d'émission dans laquelle des individus ordinaires vivent artificiellement des situations plus ou moins ordinaires. Le succès de ce concept démarre en Europe en 1999 avec Big Brother. En France, ce sont les émissions des années 2000 : Loft Story, Koh-Lanta, Star Academy, L'Île de la tentation, etc.

    §Catégories d'émissions de téléréalité[modifier | modifier le code]

    §Vie en communauté[modifier | modifier le code]

    Le concept de ce type d'émission consiste à isoler des candidats pendant une durée déterminée (généralement de deux à trois mois) afin de permettre aux téléspectateurs d'observer leurs réactions3. Un candidat peut être éliminé après avoir échoué à une épreuve, après avoir été désigné par ses pairs ou encore par les téléspectateurs8. Les programmes de téléréalité sont très rentables car leur co

  • deruysscher
    deruysscher     

    BONJOUR A VOTRE ATTENTION

    Vous qui êtes à la recherche de prêt d'argent, je ne sais pas comment vous faire part de ma joie car étant moi même à la recherche de prêt, je suis tombé sur un Mr d'affaires français. Il m'a octroyé un prêt de 75.000€.Alors j'ai décidé de faire part de cette opportunité à vous qui n'avez pas la faveur des banques ou qui avaient eu à faire à des prêteurs malhonnêtes qui ne font qu'abuser de la personnalité d'autrui; vous avez un projet ou un besoin de financement, vous pouvez lui écrire et lui expliquer votre situation; il vous aidera s'il est convaincu de votre honnêteté son email est :

    dulonpierre09@gmail.com

    Merci

  • deruysscher
    deruysscher     

    BONJOUR A VOTRE ATTENTION

    Vous qui êtes à la recherche de prêt d'argent, je ne sais pas comment vous faire part de ma joie car étant moi même à la recherche de prêt, je suis tombé sur un Mr d'affaires français. Il m'a octroyé un prêt de 75.000€.Alors j'ai décidé de faire part de cette opportunité à vous qui n'avez pas la faveur des banques ou qui avaient eu à faire à des prêteurs malhonnêtes qui ne font qu'abuser de la personnalité d'autrui; vous avez un projet ou un besoin de financement, vous pouvez lui écrire et lui expliquer votre situation; il vous aidera s'il est convaincu de votre honnêteté son email est :

    dulonpierre09@gmail.com

    Merci

    sipernova
    sipernova      (réponse à deruysscher)

    années - Premiers succès[modifier | modifier le code]

    Tino Rossi est né à Ajaccio, 43 rue Feschn 1. Son père Laurent est artisan tailleur. Sa mère Eugénie se consacre, en plus de l'atelier familial, à sa grande famille de huit enfants. Constantin porte le prénom de l'un de ses frères, décédé en bas âge à la fin de l'année 1906. Dès son enfance, il aime chanter, chante tout le temps et tous ceux qui l'entourent lui reconnaissent une voix très pure. Bien que doté d'une grande mémoire, il préfère l'école buissonnière aux études studieuses. À moins de 20 ans, il rencontre Annie Marlan (1907-1981), l'une des violonistes venues donner un concert à la terrasse du café Napoléon, sur le cours ajaccien du même nom, en tombe amoureux, part avec elle sur la Côte d'Azur, l'épouse à Toulon et devient vite le jeune père de Pierrette, née à l'automne 1927n 2. Mais Tino a du mal à trouver un travail stable à Toulon et Annie demande vite le divorce.

    De retour penaud à Ajaccio, le voici, pistonné par les relations de son père, changeur au casino dont la brune secrétaire du directeur, Faustine Fratani (1912-1985), devient sa deuxième épouse. Hélas, le casino brûle en 1929. Nouveau départ pour le continent dans l'espoir d'une embauche au casino d'Aix-en-Provence. Les recommandations du premier adjoint au maire de la ville, un ami de la famille Rossi, restant sans résultat, le couple s'installe à Marseille dans une chambre miteuse du quartier des Réformés, en haut de la Canebière. De repas trop légers en boulots trop temporaires (voiturier, plongeur, portier de boîte de nuit...), Tino Rossi traverse les mois les plus pénibles de sa vie ; sa réussite et sa pudeur l'empêcheront de les détailler... Sa seule consolation, retrouver au bar « Le Terminus » les étudiants corses de la faculté de droit d'Aix-en-Provence et chanter pour eux, tous (Raymond Filippi, Dominique Stefanaggi, Alfred Albertini, Jean Orsoni...) futurs ténors du barreau ou magistrats de renom3,n 3.

    §« Chanteur de charme »[modifier | modifier le code]

    Pour l'heure, c'est le baryton-basse provençal Adrien Legros (1903-1993) qui le remarque, lui donne des conseils pour mieux respirer et poser sa voix et le met en relation avec le producteur de tournées Louis Allione, dit Petit Louis, qui le produit non sans succès sur de petites scènes de l'arrière-pays aixois (la toute première fois, en 1930, dans le village vauclusien de Laurisn 4) en le présentant comme « Le Roi des chanteurs de charme ». Inventée pour lui, l'expression « chanteur de charme » fera florès... Constantin choisit alors de devenir Tino en se rappelant la façon dont l'évêque d'Ajaccio avait, en le bénissant lors de sa confirmation, détaché les syllabes de son prénom : « Constant-tino »4.

    En 1932, à Marseille, alors qu'il arpente avec son père la rue Saint-Ferréol, son attention est attirée par une pancarte sur la devanture d'un magasin : « Enregistrez votre voix pour cent sous »n 5. Tino enregistre ainsi un disque en fer blanc qu'il destine à sa mère, comme le fera vingt ans plus tard Elvis Presley. Un représentant de la maison de disques Parlophone, présent dans la boutique, l'entend et l'invite à Paris pour enregistrer, moyennant 1 000 francs, son premier vrai disque, qui est aussi le premier disque de chansons corses jamais gravé puisqu'il comprend O Ciucciarella et la berceuse Nini-Nanna5,n 6.

    Toujours à Marseille, le 3 mars 1933, Tino est engagé « en qualité de ténorino » par Justin (Tintin) Milliard à l'Alcazar pour sept jours et quatorze représentations avant de passer sur une autre scène mythique de la ville, le Théâtre des Variétés6.

    §Son contrat avec Columbia[modifier | modifier le code]

    Vient rapidement le tour de la maison de disques Columbia de s'intéresser à lui. Séduit par le dynamisme entreprenant et novateur (notamment dans le domaine de la publicité) de son directeur, Jean Bérard, il signe un contrat en 1933 et enregistre parmi d'autres chansons : La Sérénade de Toselli, J’ai rêvé d'une fleur, L'Aubade du roi d’Ys, Le Tango de Marilou (son premier tube) et Venise et Bretagne, qui berça l'enfance très francophile de la reine d'Angleterre Elizabeth II7.

    Le succès de ces premiers enregistrements est prometteur. Un courrier abondant commence à arriver chez Columbia. La firme comprend qu'elle tient un « oiseau rare » et l'intègre dans ses tournées, où il côtoie les grands artistes Lucienne Boyer, Damia, Pills et Tabet, Mireille, Jean Sablon...

    Dopé par ses premiers succès, Tino Rossi, classé « Chanteur » et également inscrit à la rubrique « Ténor » dans les catalogues des disques Columbia des années 1930 répertoriant les interprétations classiques, souhaite l’accord de Reynaldo Hahn avant d’enregistrer ses mélodies D’une prison et Paysage. Confiant en son « poulain », Jean Richard, le directeur des studios

  • fanfan12
    fanfan12     

    Quand on traîne dans la rue, qu'on ne daigne pas répondre à la demande de la police et qu'on se réfugie dans un transformateur électrique, on ne peut s'en prendre qu'à soi même mauvaise éducation

    sipernova
    sipernova      (réponse à fanfan12)

    années - Premiers succès[modifier | modifier le code]

    Tino Rossi est né à Ajaccio, 43 rue Feschn 1. Son père Laurent est artisan tailleur. Sa mère Eugénie se consacre, en plus de l'atelier familial, à sa grande famille de huit enfants. Constantin porte le prénom de l'un de ses frères, décédé en bas âge à la fin de l'année 1906. Dès son enfance, il aime chanter, chante tout le temps et tous ceux qui l'entourent lui reconnaissent une voix très pure. Bien que doté d'une grande mémoire, il préfère l'école buissonnière aux études studieuses. À moins de 20 ans, il rencontre Annie Marlan (1907-1981), l'une des violonistes venues donner un concert à la terrasse du café Napoléon, sur le cours ajaccien du même nom, en tombe amoureux, part avec elle sur la Côte d'Azur, l'épouse à Toulon et devient vite le jeune père de Pierrette, née à l'automne 1927n 2. Mais Tino a du mal à trouver un travail stable à Toulon et Annie demande vite le divorce.

    De retour penaud à Ajaccio, le voici, pistonné par les relations de son père, changeur au casino dont la brune secrétaire du directeur, Faustine Fratani (1912-1985), devient sa deuxième épouse. Hélas, le casino brûle en 1929. Nouveau départ pour le continent dans l'espoir d'une embauche au casino d'Aix-en-Provence. Les recommandations du premier adjoint au maire de la ville, un ami de la famille Rossi, restant sans résultat, le couple s'installe à Marseille dans une chambre miteuse du quartier des Réformés, en haut de la Canebière. De repas trop légers en boulots trop temporaires (voiturier, plongeur, portier de boîte de nuit...), Tino Rossi traverse les mois les plus pénibles de sa vie ; sa réussite et sa pudeur l'empêcheront de les détailler... Sa seule consolation, retrouver au bar « Le Terminus » les étudiants corses de la faculté de droit d'Aix-en-Provence et chanter pour eux, tous (Raymond Filippi, Dominique Stefanaggi, Alfred Albertini, Jean Orsoni...) futurs ténors du barreau ou magistrats de renom3,n 3.

    §« Chanteur de charme »[modifier | modifier le code]

    Pour l'heure, c'est le baryton-basse provençal Adrien Legros (1903-1993) qui le remarque, lui donne des conseils pour mieux respirer et poser sa voix et le met en relation avec le producteur de tournées Louis Allione, dit Petit Louis, qui le produit non sans succès sur de petites scènes de l'arrière-pays aixois (la toute première fois, en 1930, dans le village vauclusien de Laurisn 4) en le présentant comme « Le Roi des chanteurs de charme ». Inventée pour lui, l'expression « chanteur de charme » fera florès... Constantin choisit alors de devenir Tino en se rappelant la façon dont l'évêque d'Ajaccio avait, en le bénissant lors de sa confirmation, détaché les syllabes de son prénom : « Constant-tino »4.

    En 1932, à Marseille, alors qu'il arpente avec son père la rue Saint-Ferréol, son attention est attirée par une pancarte sur la devanture d'un magasin : « Enregistrez votre voix pour cent sous »n 5. Tino enregistre ainsi un disque en fer blanc qu'il destine à sa mère, comme le fera vingt ans plus tard Elvis Presley. Un représentant de la maison de disques Parlophone, présent dans la boutique, l'entend et l'invite à Paris pour enregistrer, moyennant 1 000 francs, son premier vrai disque, qui est aussi le premier disque de chansons corses jamais gravé puisqu'il comprend O Ciucciarella et la berceuse Nini-Nanna5,n 6.

    Toujours à Marseille, le 3 mars 1933, Tino est engagé « en qualité de ténorino » par Justin (Tintin) Milliard à l'Alcazar pour sept jours et quatorze représentations avant de passer sur une autre scène mythique de la ville, le Théâtre des Variétés6.

    §Son contrat avec Columbia[modifier | modifier le code]

    Vient rapidement le tour de la maison de disques Columbia de s'intéresser à lui. Séduit par le dynamisme entreprenant et novateur (notamment dans le domaine de la publicité) de son directeur, Jean Bérard, il signe un contrat en 1933 et enregistre parmi d'autres chansons : La Sérénade de Toselli, J’ai rêvé d'une fleur, L'Aubade du roi d’Ys, Le Tango de Marilou (son premier tube) et Venise et Bretagne, qui berça l'enfance très francophile de la reine d'Angleterre Elizabeth II7.

    Le succès de ces premiers enregistrements est prometteur. Un courrier abondant commence à arriver chez Columbia. La firme comprend qu'elle tient un « oiseau rare » et l'intègre dans ses tournées, où il côtoie les grands artistes Lucienne Boyer, Damia, Pills et Tabet, Mireille, Jean Sablon...

    Dopé par ses premiers succès, Tino Rossi, classé « Chanteur » et également inscrit à la rubrique « Ténor » dans les catalogues des disques Columbia des années 1930 répertoriant les interprétations classiques, souhaite l’accord de Reynaldo Hahn avant d’enregistrer ses mélodies D’une prison et Paysage. Confiant en son « poulain », Jean Richard, le directeur des studios

  • papi54
    papi54     

    même si les fonctionnaires avaient prévenus edf il faut moins de 10 minutes pour se faire électrocuter donc ils n'y sont pour rien et les jeunes n'avaient qu'a s'arrêter en voyant la police au lieu de se retrancher comme des voleurs dans une enceinte edf dans laquelle ils devaient aller régulièrement

    goodblow
    goodblow      (réponse à papi54)

    heu non !

  • moltes
    moltes     

    Ce sont les parents qui faut juger. Incompétences multiples.

    moltes
    moltes      (réponse à moltes)

    qu'il*

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire