En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Nicolas sarkozy n'a pas pu conjurer le syndrome du "lièvre et de la tortue"
 

Parti tardivement et avec un lourd handicap, Nicolas Sarkozy n'a jamais pu, malgré une campagne blitzkrieg, conjurer le syndrome du « lièvre et de la tortue » et rattraper son rival socialiste à l'élection présidentielle.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • JMB83
    JMB83     

    liste exhaustive en plus, enfin presque . Réalité un peu déformée , manque tout ce qui a ou va foirer, désacralisation de la fonction, mensonges éhontés. Mais vous parlez de quel pays ? Moi je parlais de la France, on ne s'est peut être pas bien compris .

  • mab56
    mab56     

    La seule chose qu'on peut lui reprocher c'est d'être parti trop tard. Mais il n'y est pour rien dans cette défaite et même si je ne l'aime pas particulièrement, son seul handicap a été d'être constamment conspué par un système politico-médiatique qu'on n'a jamais vu à un tel paroxysme délétère. Cela ternit l'image qu'on peut se fait d'une démocratie

  • Bld
    Bld     

    [Contenu Modéré]

  • Bld
    Bld     

    Le célèbre journal U.S., The New York Times, plutôt classé à gauche de l’échiquier politique américain, a publié un article sur François Hollande. Comparé à un « pudding au caramel », le candidat socialiste est décrit comme « un personnage politique de seconde zone » dénué de charisme.
    Si les journalistes français étaient aussi lucides…
    Le journaliste commence par dresser ... suite un portrait au vitriol de François
    Hollande « malgré un régime de pré-campagne », il « a l’air légèrement
    négligé » et ne fait toujours pas le poids. Reprenant la phrase de
    Martine Aubry, l’article explique qu’au sein même de son camp politique,
    Hollande est considéré comme une « couille molle ».
    Le très sérieux New York Times revient ensuite sur le bilan politique
    ridicule de Hollande. Présent à l’élection grâce au prétendu viol de DSK,
    Hollande s’était même fait doubler par sa propre femme pour la course à
    la candidature de 2007. Homme politique depuis des décennies, Hollande
    « n’a jamais été responsable du moindre portefeuille ministériel », ce
    qui en fait un amateur. Pour le journaliste américain, il a uniquement
    ses chances grâce à la sarkophobie française. Hollande « n’a pas le
    cran » pour être un sérieux président.
    Un bilan politique affligeant, un charisme d’andouillette, et pas un seul
    journaliste français pour soulever les évidences qui sautent à l’esprit
    du premier observateur objectif. Tout le monde sait que François Hollande
    n’est pas au niveau. Il n’est pas capable de prendre une décision, de
    dire, non, il n’a aucun charisme. Tout le monde sait également qu’il n’a
    aucune expérience politique, qu’il est incompétent sur les dossiers
    (pourquoi ni Mitterrand ni Jospin ne lui ont confié de ministère ?).
    Pourtant, nos bons journalistes à la botte du Parti font comme si de rien
    n’était, n’interrogent pas le PS sur l’inexpérience de son dirigeant et
    sur ses échecs à répétition. Pourquoi Sarkozy est-il interrogé en
    permanence sur son bilan et François Hollande jamais ? Pourquoi nos
    journalistes font-ils semblant de ne pas voir ce qui saute aux yeux de
    tous les observateurs étrangers ? "

  • 20122012
    20122012     

    arrogance de ump et de ses ministres , dumping europeen ,dette,chomage,reformes liberales et retraite a 67 ans sans concertations reel sont les causes de cette defaite et le denie de democratie du traite de lisbonne refuse par les francais

  • VIA IZQUIERDA
    VIA IZQUIERDA     

    IL PAIE ?????????

Votre réponse
Postez un commentaire