En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Rémi Fraisse est mort en 2014.
 

Un non-lieu a été requis par le parquet de Toulouse vendredi, dans l'affaire Rémi Fraisse. Ce jeune militant est mort en 2014, blessé par le tir de grenade d'un gendarme. L'avocat des parents a réagi sur RMC. 

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Bajul
    Bajul     

    Je comprend que ce père se batte pour son fils ! Perdre un enfant est le pire malheur qui puisse arriver à des parents . Mais vu de l'extérieur je suis toujours surpris des éloges que formulent les journalistes !! Etudiant sérieux , calme ,...... Je veux simplement dire que quand je faisais mes études je n'étais pas à 2h du matin en train de jeter des pierres aux CRS .....

    skaia64
    skaia64      (réponse à Bajul)

    Malheureusement ces « étudiants » ne jetaient pas que des pierres sur les forces de l’ordre, , mais aussi des bouteilles d’essence enflammées. On se souvient de ces terribles images où l’on voit cet agent de la force publique transformé en torche humaine . Les gendarmes dès lors n’étaient ils pas en état de légitime défense ? L’enquête aux fins d’identifier les criminels incendiaires semble piétiner !

Votre réponse
Postez un commentaire