En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Prescription des crimes sexuels: "un enfant n’est pas capable de nommer ce qui s’est passé"
 

Lundi, Flavie Flament et Jacques Calmettes remettent à Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes leur rapport sur le délai de prescription applicable aux crimes sexuels commis sur les mineur(e)s.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • ksven
    ksven     

    C'est très bien, mais ça rend très difficile de démontrer la matérialité des faits et pour l'accusé de se défendre. Car il y a quand même un certain nombre de de fausses accusations pour différentes raisons: publicité, problèmes psychologiques... allez démêler cela au bout de 30 ans.

Votre réponse
Postez un commentaire