En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Procès d'un policier devant les assises: "Tous les policiers auraient pu se retrouver là"
 

Le procès d'un policier s'ouvre ce lundi matin devant la Cour d'Assises de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Les jurés vont devoir déterminer si ce gardien de la paix a agi en légitime défense en abattant d'une balle dans le dos un délinquant lors d'une course poursuite, le 21 avril 2012, à Noisy-le-Sec. La famille de la victime craint que le régime d'état d'urgence influence la justice.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • charlyse
    charlyse     

    QUAND JE LIS CA CA CONFIRME MON VOTE FN FN FN FN FN FN

  • titi80
    titi80     

    Quand la soeur déclare : "Que la justice nous fasse la démonstration que l'on est encore dans un état de droit" !!!! on croit rêver !!! la prochaine étape c'était quoi ? le meurtre.....

    Comparait pour la première fois à 15 ans (des dégradations jugées dangereuses) 5 mois d’emprisonnement. Puis « vol par effraction » et « vol aggravé », 4 mois sous les verrous (17ans). Libéré en mars 2000, il retombe pour un petit trafic de stupéfiants en janvier 2001. Déféré cette fois devant le tribunal correctionnel, il écope d’un an de prison et d’une interdiction de séjour de 3 ans. Il revient devant la même chambre correctionnelle un an plus tard, cette fois pour « violence commise en réunion suivie d’incapacité n’excédant pas 8 jours », une bagarre qui lui vaut 3 ans de prison dont 1 an et 6 mois avec sursis avec mise à l’épreuve de 2 ans. Dans la foulée, il accuse le maire de Meaux, jean-François Copé, de l'avoir payé pour mettre le feu à des voitures, avant de se rétracter. Bentounsi change de braquet : il comparait devant la cour d’assises de Melun. Les faits : un vol avec arme commis en octobre 2001, avec un complice qui n’a pas hésité à tirer sur la police. Il est condamné à 4 ans de prison. Libéré en conditionnelle au printemps 2005, il voit six mois plus tard son sursis révoqué par le juge d’application des peines. Motif : détention de stupéfiants. Entretemps, la police lui a imputé un autre braquage, mais la confusion des peines joue pour lui.
    braquage pour quelques sous, à main armée, d’un magasin Auchan. Incarcéré le 21 octobre 2005, il est condamné à 8 ans d’emprisonnement. Première permission 5 ans plus tard : Bentounsi se met en cavale et commence une nouvelle vie,Il est muni de faux papiers et équipé d’un revolver Llama calibre 38 CTG.

  • walter-walt
    walter-walt     

    le mec été en train de courir ,et il pouvait très bien tirer en même temps en arrière !

  • jolbob
    jolbob     

    Hier Victor Hugo a été cité devant les quelques centaines de présents palce de la République, mais pas cette phrase des Misérables cruellement d'actualité :

    "….à cette société qui désarme
    la victime et pas le voleur….."

    Dans les Misérables de Victor Hugo, propos de Fantine
    (Victor Hugo a écrit et situé une partie des Misérables à MONTFERMEIL 93.).

  • theclone
    theclone     

    les délinquants tirent sur les policiers en face et les policiers tirent sur eux toujours dans le dos .....cherchez l'erreur ....

    Odine
    Odine      (réponse à theclone)

    Donc pour vous déjà les délinquants possèdent des armes et vous trouvez çà normal ?? Ah oui ils tirent devant non mais où allons nous avec de telles réactions !!

    titi80
    titi80      (réponse à theclone)

    C'est vrai que les délinquants comme lui sont des gens tellement bien .... hein !! chercher l'erreur

Votre réponse
Postez un commentaire