En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
"Si on touche encore au budget de l'armée, il y aura d'autres démissions"
 

Invité ce mercredi de Bureau de vote sur RMC, le Général Jean-Paul Paloméros, ancien chef d'état-major de l'armée de l'air, a réagi à la démission du général de Villiers. Si elle ne l'a pas surprise, cette démission l'a "attristé".

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    Comme ça Macron pourra les congédier sans soldes prétendant qu'ils auraient déserté son projet économique ?

  • skaia64
    skaia64     

    Exagérer quoi ?
    Le précédent ministre de la Justice en personne a employé le mot de clochardisation concernant certaines de nos institutions qui sont pourtant garantes de la paix civile.
    Et ceux qui ont mis le pays dans cet état, ont ils été doués de raison ?

  • skaia64
    skaia64     

    Ce haut gradé ne veut pas être complice du sabotage et de la mort programmée de nos armées. Ça en dit long sur la gravité de la situation. Depuis 40 ans, nos politiques ont préféré dépenser l’argent public dans le socio-culturel, le socio- éducatif, dans l’insertion/réinsertion, dans des associations plus ou moins farfelues, dans des formations sans issues ; nous avons en France une véritable armée, c’est celle des travailleurs sociaux. La Cour des comptes dénonce sans succès et depuis des décennies cette gabegie et le pire, avec à la clef les résultats que l’on sait. Ces petits malins de politiques choisissent en priorité pour faire des économies, les secteurs de la fonction publique où le droit de grève n’existe pas, la Police et l’Armée qui se retrouvent de fait démunis et dans un état assez lamentable. Quand nos banlieues vont exploser de violence, qui enverra- t -on sur le terrain ? les assistantes sociales et les éducateurs ?

    chopine
    chopine      (réponse à skaia64)

    Il ne faut quand même pas exagérer et raison garder

Votre réponse
Postez un commentaire