En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Stock-options de Muriel Pénicaud: "Les gens ne veulent pas entendre que d'autres touchent énormément"

000_QX0OY.jpg
 

Muriel Pénicaud, l’actuelle ministre du Travail, a touché 4,74 millions d’euros en trois ans lorsqu’elle était directrice des ressources humaines chez Danone, selon sa déclaration d’intérêts publiée jeudi. Les réactions sont nombreuses et Zohra Bitan, dans les Grandes Gueules, a réagi à cette polémique.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Laurent Gantner
    Laurent Gantner     

    C'est certainement pas en gagnant 4,7 millions accumulés en 3 ans à la DRH qu'on va ensuite nous faire croire qu'ils se préoccupent des salariés !... Si elle n'a pas fraudé le fisc, tout va bien !

  • Malavois
    Malavois     

    Contrairement à certains commentaires que j'ai pu lire ici, et bien non ce ne sont pas les patrons ni les actionnaires qui produisent les richesses, mais bien les salariés à la sueur de leur front ! Et je trouve qu'il y a là quelque chose de profondément choquant, de cynique et immoral à ce que la DRH de chez Danone, Muriel Pénicaud en l'occurance, ai pu tout à la fois organiser un plan de licenciement de 900 salariés chez Danone tout en profitant de ce drame humain pour réaliser par la même occasion une plus-value boursière de plus d'un million d'euros par la vente de ses stock-options. Soit, une plus-valus de plus de 1100 euros par salarié licencié. Parce qu'il faut bien savoir que dans le système actuel, celui qui est défendu par Macron, une entreprise de la taille de Danone n'hésite pas à licencier une partie de son personnel dès lors qu'elle acquière une belle courbe de profit. Il est à noter au passage, qu'un plan de licenciements qui vient s'ajouter à une belle courbe de profit et bien ça fait sacrément flamber la valeur des actions à la bourse. C'est de cette forme de spéculation financière là dont notre actuelle ministre du travail, Muriel Péricaud, à su tirer profit comme DRH chez Danone. Et Macron, en homme de la finance, ex-banquier de chez Rotchild et ancien ministre des finances et de l'économie du précédent gouvernement Hollande, en connaît lui-même un rayon pour tout ce qui touche à la spéculation financière... ainsi que du bon choix de sa ministre du travail.

  • missjac
    missjac     

    Rien ne change! C'est toujours les mêmes qui en profitent!

  • chopine
    chopine     

    ce n est pas forcémént le système qui est contesté,c 'est le montant de ces sommes versées alors que la personne concernée n a pris aucun risque dans cette attribution..........si ce n'est de licencier du personnel

Votre réponse
Postez un commentaire