En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Woerth : "Le patron était l'ennemi N°1 il y a un an, aujourd'hui, c'est l'amour N°1"

Eric Woerth, ancien ministre UMP du Budget
 

Eric Woerth était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur RMC et BFMTV. Il est revenu sur la réunion entre les patrons de grands groupes internationaux et le président qui doit se tenir dans la matinée. Pour l'ancien ministre c'est un revirement surprenant.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

18 opinions
  • lanson33
    lanson33     

    Woerth c'est le ministre du Budget, qui a validé par arrêté la vente de gré à gré d’une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne (SCC), moyennant 2,5 millions d’euros. Une décision prise malgré l’opposition de responsables de l’Office national des forêts (ONF) et les réserves du ministère de l’Agriculture. C'est aussi son épouse Florence Woerth qui était chargée de la gestion de la fortune de Liliane Bettencourt !!!!!!

  • gam42
    gam42     

    Tout à fait d'accord avec vous.

  • ColibRIC
    ColibRIC     

    Tirage au sort - Du jury aux États-Unis considéré comme institution politique :
    « [..]J'entends par jury un certain nombre de citoyens pris au hasard [TIRE AU SORT] et revêtus momentanément du droit de juger.
    [..]De quelque manière qu'on applique le jury, il ne peut manquer d'exercer une grande influence sur le caractère national; mais cette influence s'accroît infiniment à mesure qu'on l'introduit plus avant dans les matières civiles. Le jury, et surtout le jury civil, sert à donner à l'esprit de tous les citoyens une partie des habitudes de l'esprit du juge; et ces habitudes sont précisément celles qui préparent le mieux le peuple à être libre. Il répand dans toutes les classes le respect pour la chose jugée et l'idée du droit. Ôtez ces deux choses, et l'amour de l'indépendance ne sera plus qu'une passion destructive. Il enseigne aux hommes la pratique de l'équité. Chacun, en jugeant son voisin, pense qu'il pourra être jugé à son tour. Cela est vrai surtout du jury en matière civile: il n'est presque personne qui craigne d'être un jour l'objet d'une poursuite criminelle; mais tout le monde peut avoir un procès. Le jury apprend à chaque homme à ne pas reculer devant la responsabilité de ses propres actes; disposition virile, sans laquelle il n'y a pas de vertu politique. Il revêt chaque citoyen d'une sorte de magistrature; il fait sentir à tous qu'ils ont des devoirs à remplir envers la société, et qu'ils entrent dans son gouvernement. En forçant les hommes à s'occuper d'autre chose que de leurs propres affaires, il combat l'égoïsme individuel, qui est comme la rouille des sociétés. Le jury sert incroyablement à former le jugement et à augmenter les lumières naturelles du peuple. C'est là, à mon avis, son plus grand avantage. On doit le considérer comme une école gratuite et toujours ouverte, où chaque juré vient s'instruire de ses droits, où il entre en communication journalière avec les membres les plus instruits et les plus éclairés des classes élevées, où les lois lui sont enseignées d'une manière pratique, et sont mises à la portée de son intelligence par les efforts des avocats, les avis du juge et les passions mêmes des parties. Je pense qu'il faut principalement attribuer l'intelligence pratique et le bon sens politique des Américains au long usage qu'ils ont fait du jury en matière civile. Je ne sais si le jury est utile à ceux qui ont des procès, mais je suis sûr qu'il est très utile à ceux qui les jugent. Je le regarde comme l'un des moyens les plus efficaces dont puisse se servir la société pour l'éducation du peuple. Tocqueville, « De la démocratie en Amérique », livre 1, partie 2, chapitre VIII.

  • claude09
    claude09     

    Woerth devrait la fermer lui qui a été payé à ne rien foutre que magouiller...

  • claude09
    claude09     

    Oui, oui... en laissant délocaliser à tour de ras. QUI a encore envie de voter pour ces fripouilles de l'UMPS ? Pas moi !

  • belendosses1
    belendosses1     

    il y a une rumeur qui circule comme quoi woerth,balkany,cahuzac,desir et dray vont presider une commission sur l'ethique et la moralité financiere en politique.non!! je déconne!!

  • strikler
    strikler     

    il n'est pas chez mamie ?

  • sophie de Chambery
    sophie de Chambery     

    Hollande fait les yeux doux à la finance
    Hier, sauf erreur de ma part, Hollande disait:" mon ennemi c'est la finance".
    Aujourd'hui on n'est pas à un revirement ou une contradiction près.
    La confiance ne se décrète pas, elle se mérite en regard du chemin parcouru et des promesses précédemment tenues. il est faux .. très faux cet homme...

  • Mortlinden Barksaye
    Mortlinden Barksaye     

    Pardon !!! Quand Eric woerth dit qu'eux (l'ump) ca fait dix ans qu'ils se battent pour baisser les charges...vous le croyez ??? ah tendre naïveté.....Ne changez rien surtout

  • sorbonne59
    sorbonne59     

    la bêtise humaine est sans limite. Tous ces gens qui disent du mal des autres, sont il eux même très honnêtes, intransigeants sur leur mode de vie, non profiteurs de la générosité public etc..
    C'est facile de dire du mal des autres, sans se voir nous même

Lire la suite des opinions (18)

Votre réponse
Postez un commentaire