En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
De 300 à 400 personnes se sont rassemblées lundi soir devant le tribunal de Bobigny
 

De 300 à 400 personnes se sont rassemblées lundi soir devant le tribunal de Bobigny pour protester contre la relaxe des deux policiers poursuivis pour "non-assistance à personne en danger" après la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois en 2005.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • 109600
    109600     

    Quatrième innocent tué lors des affrontements de 2005 à Clichy sous BoisSalaheddine Alloul a été condamné vendredi soir à cinq ans de prison pour le coup mortel qui a entraîné la mort de Jean-Jacques Le Chenadec. Le drame s'était déroulé le 4 novembre 2005, un de ces soirs d'émeutes qui embrasaient les banlieues.La victime était d'ailleurs descendue avec l'un de ses voisins éteindre un feu de poubelles, lorqu'avait éclaté une altercation avec un groupe de jeunes.
    L'avocate générale Agnès Thibault avait requis vendredi après-midi «8 à 10 ans de prison» contre ce jeune homme jugé depuis mercredi aux assises de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Frappé d'un coup de poing, au pied de son immeuble de Stains, la victime, âgée de 61 ans, avait sombré dans le coma et était décédée deux jours plus tard.

  • 109600
    109600     

    Troisième victime des émeutes de 2005 suite à l'affaire de Clichy-sous-Bois:
    Dans la nuit du 2 au 3 novembre 2005, plusieurs voitures sont incendiées dans le hall d'immeuble du « Forum », c'est alors les émeutes de 2005. L'épaisse fumée que dégagea la combustion s'engouffra rapidement dans la cage d'escalier et menaça directement les dizaines d'étudiants logés dans le bâtiment, principalement des étrangers. Salah Gaham craignant d'assister à un drame, décide de porter secours aux locataires et se saisit d'un extincteur pour affronter directement les flammes. Au bout de quelques minutes, le jeune homme s'effondre après avoir inhalé trop de fumée. Les pompiers le retrouvèrent inanimé au cœur du brasier et tentèrent alors de le sauver, mais il était déjà trop tard. Salah Gaham décéda durant la nuit du 3 novembre 2005, à l'âge de 34 ans. Malgré l'intervention rapide des pompiers de Besançon et l'arrivée des renforts de la région durant la nuit, on dénombre un mort et plus de 14 blessés dont deux graves. Certains étudiants ont tenté d'échapper à une mort certaine en se défenestrant. Salah Gaham fut le premier mort des émeutes de 2005

  • 109600
    109600     

    Autre victime des émeutes de 2005 suite à l'affaire de Clichy-sous-Bois:
    Dans la nuit du 20 au 21 novembre 2005, en pleine péridode des «émeutes de banlieue», quatre jeunes, dont un mineur de 17 ans, avait incendié à l'aide de cocktails molotov des voitures dans la cour du lycée de la Plaine-de-Neauphle à Trappes entraînant la mort d'un agent technique qui tentait d'éteindre l'incendie.
    Cette nuit-là, Alain Lambert, 52 ans, agent technique résidant dans le lycée, avait été réveillé peu avant 04H00 par les bruits causés par les incendies de plusieurs voitures, dont la sienne, qui flambaient à quelques mètres seulement de sa loge.
    Après avoir alerté les pompiers, et alors qu'il s'affairait avec eux, un extincteur en main, et tentait de pousser une voiture hors du brasier, il s'était effondré et n'avait pu être ramené à la vie par les secours.
    Dans un premier temps, les enquêteurs avaient privilégié la thèse de la crise cardiaque avant que, quelques jours plus tard, l'autopsie n'indique qu'il était décédé par asphyxie après avoir inhalé des fumées.

  • 109600
    109600     

    Victime des émeutes de 2005 suite à l'affaire de Clichy-sous-Bois:
    "Il s'appelait Jean-Claude Irvoas. Salarié par un spécialiste de l'éclairage urbain, âgé de 56 ans, il voulait photographier un lampadaire pour enrichir son catalogue. Sa compagne et sa fille ont assisté à la scène tragique, filmée de surcroît par une caméra de vidéosurveillance.
    Jean-Claude Irvoas est mort car Samba Diallo, Sébastien Béliny, Benoît Kusonika et Icheme Brighet, qui ont reconnu leur participation, voulaient lui dérober son appareil numérique. Le premier, en effet, «dealait» du cannabis : il a cru que M. Irvoas le photographiait."
    Peines allégées en appel:
    "La cour d'assises de Paris a légèrement réduit vendredi soir les peines infligées en appel aux trois agresseurs de Jean-Claude Irvoas, un père de famille de 56 ans battu à mort lors des émeutes de 2005, alors qu'il photographiait des lampadaires à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Ainsi, Benoît Kusonika, seul accusé à reconnaître avoir frappé Jean-Claude Irvoas, alors consultant pour un spécialiste de l'éclairage urbain, a vu sa condamnation passer de 15 à 14 ans de réclusion criminelle. Samba Diallo et Icheme Brighet, qui avaient été condamnés le 23 novembre 2007 à douze ans de réclusion par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis, ont vu leurs peines passer à respectivement 10 et 11 ans."

  • Nadia Aouassi
    Nadia Aouassi     

    " Selon que vous serez blanc ou noir les jugements de cour vous rendront noir ou blanc "

  • Dan24
    Dan24     

    L’avantage de cette triste histoire c'est que les habitants du coin son au COURANT qu'ils ne faut pas entrer dans une propriété privée EDF...

  • belfégor
    belfégor     

    toujours la même chose. toujours la victimisation. Quand on n'a rien à se reprocher on ne va pas se cacher au péril de sa vie !!!!!!

  • supernova
    supernova      

    Oui, on a souvent l’impression que si vous êtes une personne normale , qui travaille , paye ses impôts, et qui soit bien blanche.... aucun cadeau ne vous sera fait .

  • chapelle35
    chapelle35     

    les seuls responsables sont les parents ils auraient obtempérés ou s'ils avaient été chez eux ils seraient toujours en vie les policiers leur ont pas tiré dessus donc verdict normal

  • jackie
    jackie     

    On ne manque pas une occasion de parler de racisme!!! ça suffit!!! si les parents s'étaient mieux occupé de leurs gosses rien ne leur serait arrivé .

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire