Meurtre sur l'A13 : ce qu'il s'est vraiment passé

185 opinions
- +
Dans la nuit de samedi à dimanche, un accrochage tourne mal sur l'A13. Un homme est tué...

Dans la nuit de samedi à dimanche, un accrochage tourne mal sur l'A13. Un homme est tué...

Que s’est-il vraiment passé ? Voici le scénario tel que nous pouvons le reconstituer : Il est environ 1h du matin dans la nuit de samedi à dimanche quand Mohamed et ses proches sortent d’une réunion de famille dans les Yvelines.  Ils sont sept personnes dans trois véhicules différents et se suivent sur l’autoroute. Dans la première voiture : le frère, la mère, et l’épouse de Mohamed, qui partent pour l’Algérie. Dans la seconde : Mohamed et un autre de ses frères. Dans le dernier véhicule : un cousin de la victime et un autre frère.

Sur l’A13, près des Mureaux (Yvelines), la première voiture entre en collision avec une Clio conduite par une jeune femme, accompagnée d’un passager. Pas de gros dégâts. Une simple éraflure à déplorer.
Sur le bas côté, le ton monte. Le couple de la Clio refuse de faire un constat. La famille de Mohamed décide d’appeler la Police. Eux appellent des amis en renfort. Trois voitures déboulent quelques minutes plus tard. En sort une quinzaine de personnes, venant des Mureaux, à un kilomètre de là.
Le cousin de Mohamed, très choqué, décrit « une scène d’une violence inouïe ». « On va vous tuer devant votre mère », auraient dit les agresseurs. La bande se serait alors acharnée sur les hommes de la famille. Mohamed aurait été roué de coups, notamment au visage. Son cousin se serait fait rouler sur le pied en voulant le protéger, Mohamed étant tout prêt d’être écrasé.

A l’arrivée des secours et de la Police, les agresseurs ont déjà pris la fuite. Mohamed ne survivra pas à ses blessures. Il meurt à l’hôpital dimanche soir. Quatre membres de sa famille, les hommes, sont blessés. Les femmes, elles, sont toujours sous le choc.

A Torcy (Seine-et-Marne), où vivait la victime, les habitants sont choqués. La famille de Mohamed n'a jamais eu de problème, comme en témoigne Isabelle, une voisine « horrifiée » : « On a des enfants du même âge. On a toujours su qu’il y avait des bandes, des règlements de comptes… dans les cités. Mais là, on appelle des gens des cités, pour venir à un endroit précis, sur une autoroute où les gens partent en vacances, dans un lieu public, où n’importe qui a pu voir la scène… Je trouve ça vraiment scandaleux ».

L’enquête avance…

Ce lundi, deux suspects âgés de 21 et 22 ans, déjà connus des services de police pour violences, ont été écroués. Hier mardi, la conductrice de la Clio et son passager (respectivement âgés de 20 et 25 ans) se sont présentés à la Sûreté départementale des Yvelines avec la voiture impliquée dans l’accrochage. Convoqué avec eux : un membre du groupe des Mureaux âgé de 21 ans. Ils ont tous été placés en garde à vue. Les autres agresseurs présumés sont « en cours d’identification », selon la Police.

Aucune piste écartée

Rien n’explique la violence de ce drame pour le moment. Les enquêteurs n’écartent aucune piste. Certains évoquent un possible affrontement « Blacks contre Beurs », les agresseurs présumés étant noirs, tandis que la famille de la victime est d’origine maghrébine. Il pourrait aussi être question d’antécédents entre les protagonistes. En effet, si la majorité de la famille de Mohamed habite Torcy (Seine-et-Marne), certains membres habitent Mantes-la-Jolie, à côté des Mureaux.

La Rédaction - Claire Andrieux