Spectaculaire opération «anti go-fast» du GIGN

163 opinions
- +

Le GIGN est parvenu mercredi à intercepter un convoi de drogue lors d'une spectaculaire opération sur l'autoroute A75, près de Millau. Les gendarmes ont notamment mis en scène un embouteillage géant en simulant avec force détails un accident...

Extrait du film « Go fast » (2008), avec Roschdy Zem

Extrait du film « Go fast » (2008), avec Roschdy Zem

L'objectif des forces de l'ordre était d'intercepter deux voitures ultra-rapides et lourdement armées transportant de la drogue lors d'un « go-fast ». Une technique fréquemment utilisée par les gros trafiquants pour véhiculer de grandes quantités de stupéfiants d'un point à un autre, en un temps record.

C'est aux abords du viaduc de Millau, dans l'Aveyron, que les Douanes et la Gendarmerie nationale ont décidé d'intervenir mercredi, en pleine journée. L'opération, qualifiée d'exceptionnelle par les autorités, était minutieusement préparée depuis le mois de décembre.
Un premier piège avait été tendu aux malfaiteurs au niveau du péage de l'entrée du viaduc sur l'A75, où un barrage avait été positionné. L'apercevant, les deux voitures pourchassées (une Mercedes AMG et une Seat) ont alors fait brusquement demi-tour pour repartir à toute allure à contre-sens.

Des carcasses pour simuler un accident de la route


C'est là qu'un second piège les attendait: au lieu de se retrouver face aux automobilistes circulant normalement sur l'autoroute, parmi lesquels ils comptaient probablement se faufiler pour échapper aux gendarmes, les fuyards sont tombés des voies... totalement désertes. Le GIGN avait en effet bloqué le trafic en douceur à l'arrière de la scène, en simulant un faux carambolage qui avait provoqué un embouteillage géant.

Pour ce faire, des carcasses de véhicules provenant de casses automobiles avaient même été disposées, donnant l'illusion d'un grave accident. A quelques centaines de mètres de ce « bouchon volontaire », les go-fasteurs ont été stoppés par deux camions du GIGN placés en travers. « Ils ont essayé de forcer le passage avec leur véhicule, ils se sont encastrés sous les camions. » explique Jérôme Fournel, directeur général des Douanes.

Deux d'entre eux, qui tentaient de s'enfuir à pied, ont été rapidement rattrapés. Mais pour interpeller le troisième, les forces d'intervention ont une nouvelle fois fait appel à un procédé insolite. Un chien  d'assaut et son maître ont été hélitreuillés à la verticale de l'individu pour parvenir à le stopper.

Le trafic immobilisé pendant 2 heures


L’opération a immobilisé le trafic pendant 2 heures. De quoi faire râler les automobilistes bloqués dans cet embouteillage fictif. Hervé, qui, avec son épouse enceinte, en faisait partie, raconte n’avoir eu  « aucune explication [sur leur] temps d’attente, quand [ils sont] passés à côté des véhicules »  et avoir du mal à comprendre « qu’on mette en place un dispositif avec les véhicules de personnes qui n’ont aucun lien avec l’histoire ». 

1,3 tonne de cannabis saisie


L'incroyable mise en scène a, en tout cas, payé. Les douanes ont saisi 1.3 tonnes de cannabis.

Jérôme Fournel précise que toutes les précautions ont été prises « pour que les automobilistes ne soient pas en danger ». Il ajoute: « de fait, quand on peut retirer de l’économie criminelle 1,3 tonnes de cannabis, je crois que pour toute la société ça vaut le coup ».

La Rédaction et Benjamin Smadja