Mort de Ben Laden: croyez-vous les Etats-Unis ?

579 opinions
- +
Oussama ben Laden lors de l'un de ses derniers messages vidéo.

Oussama ben Laden lors de l'un de ses derniers messages vidéo.

Les Etats-Unis ont beau être formels et donner force détails sur l'opération ayant entraîné la mort officielle d'Oussama ben Laden, rien n'y fait. Nombreux sont ceux qui doutent d'une partie, voire de l'intégralité, des éléments fournis par les Américains. Ils 'appuient sur une série d'éléments à première vue inexpliqués.

Aucune photo du cadavre: après l'épisode du faux cliché montré par les télévisions pakistanaises lundi matin, les Etats-Unis n'ont, à ce jour, diffusé aucune photo du cadavre d'Oussama ben Laden ni de l'opération commando lors de laquelle il a trouvé la mort.
Une analyse ADN ultra-rapide: à en croire les USA, il s'est écoulé au maximum sept heures entre le décès de Ben Laden et le discours de Barack Obama. Dans ce court laps de temps, les militaires ont-ils réellement pu emporter la dépouille, effectuer des analyses ADN, les recouper avec l'ADN (supposé connu) du chef d'Al-Qaïda et transmettre toutes ces informations à la Maison blanche ?
Une dépouille rapidement inhumée en pleine mer: selon les Etats-Unis, le cadavre de Ben Laden a été inhumé dans le respect des rites musulmans en mer, afin qu'aucun lieu accessible ne puisse servir de zone de pèlerinage pour ses partisans.
Un scénario de l'intervention à géométrie variable: les Américains ont notamment admis, ce mardi matin, que contrairement à ce qui avait été affirmé au départ, Ben Laden ne s'est sans doute pas abrité derrière une femme pour se protéger des balles du commando.

Interrogé sur RMC, le spécialiste des questions d’identité, Christophe Naudin, reconnait que la communication américaine est propre à semer le doute. Concernant notamment la question de l’ADN, il estime que « les Etats-Unis disposaient sans doute déjà d’un échantillon d’Oussama ben Laden. En 2002, une mission avait été spécialement menée dans un lieu où il avait vécu pour effectuer des prélèvements. Mais le problème, c’est qu’aujourd’hui, le cadavre est au fond de la mer. Il aurait été beaucoup plus limpide que les Américains rapatrient le corps aux États-Unis. On est désormais obligés de les croire sur parole. Un doute subsistera toujours ».