Bastien, mort dans un lave-linge: «A 18 mois, son père le tabassait déjà»

225 opinions
- +
Bastien, 3 ans, mort à Meaux après avoir été mis dans un lave-linge.

Bastien, 3 ans, mort à Meaux après avoir été mis dans un lave-linge.

Le père du petit Bastien, soupçonné de l'avoir placé vendredi dans un lave-linge pour le punir d'un mauvais comportement à l'école, a été mis en examen et écroué dimanche soir à Meaux (Seine-et-Marne). L'homme âgé de 33 ans nie l'accusation et explique que l'enfant est tombé dans l'escalier.

La mère a également été placée sous les verrous pour non-assistance à personne en danger. Tous deux, en grande difficulté sociale et psychologique, sont sans emploi. Situation financière précaire, logement insalubre, drogue et violence conjugale... La famille était très régulièrement suivie - jusqu'à trois fois par semaine - par les services sociaux depuis 2006. La dernière visite datait d'il y a 8 jours. Mais jamais aucun signe de maltraitance n'avait été signalé sur Bastien, 3 ans, ni sur sa soeur âgée de 5 ans.

Sur RMC, la tante de Bastien (la soeur se sa mère), Christelle, dénonce le comportement du père de famille. « Moi je le sais très violent. Il a avoué devant nous que le bébé, à quelques mois, il le tabassait déjà. Ma soeur essayait de le protéger mais c'est elle qui prenait les coups. Dire qu'on enlève des enfants pour une simple fessée... On se dit que si on avait retiré l'enfant, mon neveu serait encore là. Nous on voulait qu'ils soient retirés pas pour ma soeur, mais pour les protéger de lui. On a essayé, mais on ne peut pas les retirer de force car après c'est nous qui sommes dans notre tort ».

Le père de Christelle, grand-père du garçonnet, est lui aussi scandalisé. « On est très en colère. C'est souvent que les enfants venaient avec des coups, des marques. Ils étaient en danger, on le savait. On en a parlé aux services sociaux, mais ça n'a pas bougé plus. Ils y sont allés, mais tout était bien selon eux. Alors allez comprendre, maintenant qu'un enfant est mort. Mais ma fille n'y est pour rien du tout dans cette affaire. Il y avait des coups sur elle-même, mais elle ne voulait jamais nous le dire. Elle disait qu'elle s'était cognée sur un coin de la table. Elle c'était une mère adorable. Lui, il était violent ».