La journée mondiale de lutte contre le SIDA

Votre opinion
- +

Jeudi, avait lieu la journée mondiale de lutte contre le SIDA et cette cause semble de moins en moins intéresser les médias. En tout cas, je me sens toujours motivée et c’est pourquoi j’ai répondu à la demande de Jean Luc ROMERO pour faire une intervention mardi à l’hôtel de ville pour son association ELUS LOCAUX CONTRE LE SIDA.

Il m’avait demandé d’expliquer pourquoi il n’était pas judicieux d’annoncer sa séropositivité dès la première rencontre. Cela me semble évident mais je sais que bon nombre de personnes pensent le contraire. Pourtant, Lorsque l’on rencontre quelqu’un, on se présente sous son meilleur jour. Auriez-vous l’idée d’annoncer que vous êtes diabétique ? Que vous êtes à découvert à la banque ? Que vous avez un cancer ? Que vous avez été violée lorsque vous étiez enfant ? Et il faudrait annoncer qu’on est séropositif !Vous me direz ce n’est pas pareil puisque dans ce cas, on met l’autre personne en danger. Mais chacun se protège au début d’une relation, du moins en principe. Ce n’est pas parce que rien n’est dit qu’il y a mensonge. Je sais, nous vivons dans une société où l’on voudrait se protéger de tout. Soyons sérieux, objectivement, si un homme me dit qu’il est séropositif, j’aurai certes de l’empathie mais l’empathie entraîne rarement l’amour. L’amour s’installe grâce au désir, à l’admiration.Ensuite seulement, lorsque le lien se crée, il s’agit de l’annoncer. Quand ? Assez vite mais pas trop vite. Tout dépend du contexte. Pour certains, il s’agit d’un amour impossible, il n’est pas question de juger. Nous avons tous des ressorts inconscients en ce qui concerne le sexe et la mort. Avec la séropositivité, nous sommes vraiment dans ce contexte.  Ce n’est pas rien de vivre avec le virus, je me refuse de stigmatiser ces personnes. Nous avons un rejet, comme pour le handicap parce que nous n’avons pas envie d’être à leur place.De plus si on plaindra quelqu’un atteint d’un cancer, on pensera toujours que celui qui est séropositif est un peu coupable.La preuve, on traite de courageux celui qui ose avouer sa séropositivité. La phrase en elle-même se suffit.Soyons conscient de ce fonctionnement humain, c’est le seul moyen de ne pas tomber dans des réactions insupportables de rejet, d’intolérance. La séropositivité est bien moins contagieuse que la grippe, je suis contre les discours de prévention alarmant, intégrer les personnes séropositives c’est une manière de lutter intelligemment contre le sida.

Brigitte Lahaie