La CGT appelle à la grève à Air France du 6 au 9 février

39 opinions
- +

PARIS (Reuters) - La CGT appelle à une grève à Air France du 6 au 9 février pour protester contre le projet d'instaurer un service garanti dans les...

La CGT appelle à une grève à Air France du 6 au 9 février pour protester contre le projet d'instaurer un service garanti dans les transports aériens, qualifié de "loi scélérate" par le premier syndicat français. /Photo prise le 15 janvier 2012/REUTERS/Ben

La CGT appelle à une grève à Air France du 6 au 9 février pour protester contre le projet d'instaurer un service garanti dans les transports aériens, qualifié de "loi scélérate" par le premier syndicat français. /Photo prise le 15 janvier 2012/REUTERS/Ben

PARIS (Reuters) - La CGT appelle à une grève à Air France du 6 au 9 février pour protester contre le projet d'instaurer un service garanti dans les transports aériens, qualifié de "loi scélérate" par le premier syndicat français.

"Pour contrer ce projet de loi extrêmement dangereux pour la démocratie (...), notre organisation appelle l'ensemble des salariés Air France à un mouvement de grève du lundi 6 au jeudi 9 février. Faisons de la journée du 6 février un temps fort de mobilisation et décidons au quotidien des suites à donner", dit le syndicat dans un texte transmis à la presse.

Les députés français ont adopté fin janvier une proposition de loi UMP controversée dont l'objet est d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens pour éviter que les passagers se retrouvent coincés dans les aéroports.

Le gouvernement avait décidé d'inscrire ce texte à l'ordre du jour des travaux de l'Assemblée le 20 décembre dernier, au moment où une grève des agents de sûreté perturbait gravement l'activité des aéroports.

Le texte oblige à des procédures de déclaration individuelle des grévistes, afin selon le gouvernement de préparer l'entreprise et de permettre aux passagers de s'organiser.

La CGT juge ce projet illégal et écrit : "Ce projet, s'il était adopté, poserait de sérieux problèmes dont le premier serait un fichage des salariés grévistes, ce qui est strictement interdit dans notre pays. Le dernier fichage 'officiel' de salariés remonte à l'époque de Vichy".

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

REUTERS