La Russie dément discuter de l'après Bachar al Assad

1 opinion
- +
Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov. La France a dit vendredi que des discussions étaient engagées au niveau international pour préparer la Syrie de l'après-Assad, ce que dément la Russie par la voix de son chef de la diplomatie, alor

Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov. La France a dit vendredi que des discussions étaient engagées au niveau international pour préparer la Syrie de l'après-Assad, ce que dément la Russie par la voix de son chef de la diplomatie, alor

par Thomas Grove et Oliver Holmes

MOSCOU/BEYROUTH (Reuters) - La France a dit vendredi que des discussions étaient engagées au niveau international pour préparer la Syrie de l'après-Assad, ce que dément la Russie, alors que se répand un sentiment d'urgence face à la montée des violences sur le terrain.

Selon le chef de la mission d'observation de l'Onu dans le pays (Misnus), le général Robert Mood, l'option militaire semble prendre le dessus en Syrie.

"Il semble que le désir de transition pacifique fasse défaut. Il y a en revanche une intention de gagner du terrain militairement", a déclaré l'officier norvégien, évoquant à la fois le gouvernement de Bachar al Assad et les rebelles.

Face à cette situation, la communauté internationale reste divisée sur les moyens à mettre en oeuvre pour faire cesser des violences qui ont fait selon l'Onu plus de 10.000 morts depuis mi-mars 2011.

Les pays favorables à une action plus déterminée se heurtent à la Russie et à la Chine qui ont opposé à deux reprises leur veto au Conseil de sécurité de l'Onu à des projets de résolution condamnant la répression menée par le régime de Bachar al Assad.

A Paris, le chef de la diplomatie française a toutefois indiqué vendredi que la France, les Etats-Unis, la Russie et d'autres pays discutaient de la succession du président syrien.

"Bachar al Assad est un tyran, le plus vite il sera dégagé le mieux ce sera", a déclaré Laurent Fabius sur France Inter. "En même temps, un pouvoir doit avoir un successeur. Donc il y a des discussions très précises et très difficiles."

"Il y a différents groupes qui doivent être réunis, qui doivent être assemblés, qui doivent être représentés, et la discussion, à la fois des Américains, des Russes, de nous-mêmes et de quelques autres porte là-dessus", a-t-il ajouté.

"ALLÉGATIONS"

Son homologue russe, Sergueï Lavrov, a dit le contraire.

"En ce qui concerne les allégations selon lesquelles nous participons à des négociations sur le sort de la Syrie de l'après Bachar al Assad, je répète que ce n'est pas vrai.

"Nous ne voulons pas être mêlés aux changements de régime, ni par l'approbation d'initiatives unilatérales au Conseil de sécurité, ni en participant à des complots politiques", a déclaré le chef de la diplomatie russe.

Lors d'une conférence de presse jeudi soir, la porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland a indiqué que la situation en Syrie faisait l'objet de discussions entre les Etats-Unis et la Russie.

Washington et Moscou réfléchissent à une transition de pouvoir similaire à celle survenue au Yémen où le président Ali Abadalleh Saleh, confronté à un mouvement de contestation sans précédent, a finalement accepté de céder le pouvoir.

Moscou a par ailleurs démenti les déclarations de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton faisant état de la livraison par Moscou de nouveaux hélicoptères de combat à Damas.

La France a de son côté fait savoir qu'elle envisageait d'apporter une aide matérielle, sous la forme de moyens de communication supplémentaires, à l'opposition syrienne.

Sur le terrain, les violences se sont poursuivies vendredi et des affrontements ont été signalés dans plusieurs villes du pays. Un vidéo diffusée sur internet montre notamment des manifestants brandissant des pancartes : "Russie : ennemi numéro un du peuple syrien."

VIOLS

Selon Human Rights Watch, les forces syriennes recourent au viol et à d'autres types d'agressions sexuelles tant contre les hommes et les femmes que contre les enfants.

"La violence sexuelle en détention fait partie des terribles armes utilisées dans l'arsenal de torture du gouvernement syrien. Les forces de sécurité y ont régulièrement recours pour humilier les détenus en toute impunité", déclare Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient.

"Les agressions ne se limitent pas aux lieux de détention. Les forces gouvernementales et les miliciens pro-gouvernementaux chabiha ont aussi abusé sexuellement de femmes et de jeunes filles chez elles ou lors d'interventions dans des zones résidentielles."

A Genève, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pour sa part dit être confronté à une situation d'urgence en Syrie, où il s'emploie à fournir de la nourriture et des soins à des milliers de civils tentant de fuir les violences.

Les ingénieurs du CICR tentent aussi d'améliorer l'approvisionnement en eau potable des gens restés à Homs et Houla, deux théâtres d'affrontements entre rebelles et forces du régime de Bachar al Assad.

avec Emmanuel Jarry et Patrick Vignal à Paris, Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

REUTERS