Les écologistes défendent leur liberté contre les "ordres"

15 opinions
- +
Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé attend de Jean-Marc Ayrault qu'il rappelle à l'ordre le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, pour qui les écologistes disposeraient de la "liberté d'expression" mais pas de la "liberté de vote

Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé attend de Jean-Marc Ayrault qu'il rappelle à l'ordre le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, pour qui les écologistes disposeraient de la "liberté d'expression" mais pas de la "liberté de vote

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault doit "rectifier le tir" après les propos "méprisants" du ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, qui a déclaré que les écologistes disposeraient de la "liberté d'expression" mais pas de la "liberté de vote" à l'Assemblée, estime jeudi Jean-Vincent Placé.

Le député-maire de Bègles, Noël Mamère, déclare pour sa part sur l'express.fr qu'"Alain Vidalies doit confondre la majorité actuelle avec l'UMP". "Ce n'est pas une caserne et nous n'avons pas besoin de petits caporaux pour nous donner des ordres."

"C'est un très mauvais signal, et l'expression d'une dérive de la Ve République et du fait majoritaire. Je pense qu'il faut vite rectifier et le tir, et j'attends que le Premier ministre le fasse", souligne Jean-Vincent Placé, le président du groupe écologiste au Sénat, dans une interview au jdd.fr.

Alain Vidalies a dit mercredi que le groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) devrait faire preuve de "solidarité" lors de la future législature, qui débute le 26 juin.

"On attend quoi d'un groupe Vert aujourd'hui? La solidarité, le respect des engagements qui ont été les engagements communs, et évidemment, puisqu'on a des différences, la possibilité pour eux d'exprimer ces différences", a-t-il déclaré dans le cadre de l'émission "Questions d'info" pour La Chaîne parlementaire, Le Monde, AFP, France Info.

"Mais la distinction majeure, c'est la liberté d'expression, mais pas la liberté de vote!", a-t-il ajouté.

Réponse de Jean-Vincent Placé : "Nous soutenons le président de la République. Mais les débats vont arriver très vite, ne vous inquiétez pas. Sur la question de la transition énergétique, du nucléaire, nous comptons faire entendre notre voix".

"Il n'y aura pas de cacophonie" dans la majorité présidentielle, assure-t-il, mais "une discussion en amont, dans le respect et l'équilibre."

La ministre du Logement Cécile Duflot, qui abandonne samedi son mandat de secrétaire nationale d'EELV, avait été rappelée à l'ordre début juin par le Premier ministre pour avoir plaidé en faveur de la dépénalisation du cannabis, projet que rejette François Hollande.

Sophie Louet

REUTERS