Les "sages" pour fermer les bureaux de vote à la même heure

9 opinions
- +

Et si tous les bureaux de vote fermaient à la même heure lors de la présidentielle? Jeudi, le Conseil constitutionnel a proposé de fermer tous les bureaux de vote en métropole à la même heure pour l'élection présidentielle.

Le Conseil constitutionnel propose d'harmoniser l'horaire de clôture des bureaux de vote en France métropolitaine pour éviter la diffusion prématurée de résultats partiels, sujet qui a fait polémique pendant la campagne présidentielle. /Photo prise le 10

Le Conseil constitutionnel propose d'harmoniser l'horaire de clôture des bureaux de vote en France métropolitaine pour éviter la diffusion prématurée de résultats partiels, sujet qui a fait polémique pendant la campagne présidentielle. /Photo prise le 10

Le Conseil constitutionnel propose d'harmoniser l'horaire de clôture des bureaux de vote en France métropolitaine pour éviter la diffusion prématurée de résultats partiels, sujet qui a fait polémique pendant la campagne présidentielle. Les bureaux ferment à 18h00 lors des scrutins en France, sauf dans les grandes villes, où le vote est clos à 20h00. Dans des recommandations et observations diffusées jeudi sur l'élection présidentielle, les "sages" se penchent sur la question de la publication de résultats avant l'heure sur internet et les réseaux sociaux. Tout en notant l'action de la commission des sondages ou du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), ils déplorent que le droit n'ait pas évolué depuis 2007. 
Le Conseil constitutionnel réitère ses recommandations de l'époque : mieux encadrer les sondages sortis des urnes et "harmoniser l'horaire de clôture des bureaux de vote en métropole". "En tout état de cause, à défaut d'uniformisation complète, une réduction de deux heures à une heure de l'écart entre les heures de clôture du scrutin, apparaît raisonnablement envisageable", écrivent-ils. Ils préconisent également de reformuler, en termes plus clairs que ceux du texte en vigueur, la portée des interdictions de divulgation des résultats avant la clôture des bureaux des grands villes à 20h00.

« Ce serait très pénalisant »

En clair, tous les bureaux de vote pourraient fermer en même temps à 19h, ou à 20h. Avec une conséquence, déjà, sur l’heure à laquelle seraient annoncés les résultats. « Nous pourrions bien sûr continuer à livrer une estimation des résultats, affirme sur RMC Bernard Sananès, le président de l'institut d'études et de sondages CSA. Mais plus tard, vers 21h. Il y aura donc une course à la rapidité et les médias vont être obligés de commencer leur soirée électorale plus tard ».
Mais ce qui n’est finalement qu’une question de patience pour les téléspectateurs et internautes, s’avère bien plus compliqué pour ceux qui organisent les scrutins. Jacques Pelissard, le président de l'Association des maires de France, rappelle que « ce sont des élus qui tiennent les bureaux de vote, de 8h du matin jusqu'à 18h. Dans une petite commune où il y a peu d'élus, rajouter encore un temps de vote jusqu'à 20h ce serait inadmissible. Il y a quand même 20 000 communes qui ont moins de 2 000 habitants donc ce serait très pénalisant pour l'ensemble de ces élus qui sont tous des bénévoles ».

Les 500 parrainages critiqués

Les "sages" émettent également des critiques sur le système des 500 parrainages nécessaires aux candidats à l'élection présidentielle. Selon eux, "l'actuel dispositif de présentation ne réserve pas l'accès au premier tour de scrutin aux seuls candidats qui bénéficient d'un minimum de représentativité", comme en témoigne le faible score de certains d'entre eux. En outre, ce dispositif "suscite des débats et laisse subsister une incertitude sur la possibilité de participer au premier tour du scrutin de représentants de certaines formations politiques", disent-ils. Le Conseil constitutionnel fait référence aux difficultés des candidats du Front national, Jean-Marie Le Pen, puis sa fille Marine, pour recueillir les parrainages requis. Le FN a réclamé, sans succès jusqu'à présent, un changement de système.

La Rédaction,avec BFMTV et Reuters