Le monde arabe s'embrase après un film anti-Islam

24 opinions
- +
Le consulat américain de Benghazi en flamme après l'attaque qui a provoqué la mort de l'ambassadeur et de 3 de ses collaborateurs

Le consulat américain de Benghazi en flamme après l'attaque qui a provoqué la mort de l'ambassadeur et de 3 de ses collaborateurs

Fils illégitime, coureur de jupons, homosexuel et pédophile, tels sont les traits de caractère prêtés à Mahomet par Sam Bacile, un promoteur immobilier de 54 ans originaire du sud de la Californie réalisateur israëlo-américain de ce brulot contre la religion du Prophète. Sam Bacile explique dans un entretien au Wall Street Journal avoir levé cinq millions de dollars auprès de centaines de donateurs juifs pour le réaliser. Son film mis en ligne sur le site Youtube et intitulé "L'innocence des musulmans" a provoqué de nombreuses réactions et déclenché des manifestations anti-américaines un peu partout dans le monde arabe, de Tunis au Caire en passant par Khartoum. En Libye, l'ambassadeur américain a été tué à Benghazi dans l'attaque du consulat avec trois de ses collaborateurs. Cinq autres américains ont été blessés.

A Tunis, plus d'une centaine de manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade des Etats-Unis. Certains ont brûlé des drapeaux américains. Parmi la foule Sabrina, 21 ans : « C’était honteux de faire un film pareil. Ne touchez pas à notre Prophète, il est sacré pour nous. Se moquer de lui c’est inacceptable. Les américains doivent arrêter de faire des choses pareilles. Je leur dis : "on vous respecte, alors respectez-nous". Nous ne sommes pas des terroristes, nous sommes un peuple tolérant et nous sommes contre la violence ».

Dans la foule à Tunis, beaucoup de manifestants se sont drapés d’étendards salafistes. Mais certains se défendent d’être des extrémistes, comme cet étudiant de 22 ans qui explique : « Les Etats-Unis ne cessent depuis 2001 d’agresser les musulmans : l’Irak, l’Afghanistan, Guantanamo… il faut que cela cesse. Les musulmans ne peuvent plus vivre sous l’épée des Américains. Sous prétexte de la liberté d’expression, ils font ce qu’ils veulent. Mais nous, nous avons notre religion et ne sommes pas habitués à ce genre de choses. Nous sommes tous pour la liberté d’expression, mais il faut qu’elle soit limitée. Il y a une ligne rouge à ne pas dépasser ». En fin de journée, la police les a dispersés avec des gaz lacrymogènes. Un responsable des forces de l'ordre a fait état de deux policiers blessés. De source officielle, cinq personnes ont été arrêtées.

En Libye, après la mort de l’ambassadeur, la question est de savoir qui se cache réellement derrière cette attaque du consulat américain à Benghazi. « Il y a eu un mouvement de foule devant le consulat. Et des militants salafistes lourdement armés en ont profité pour attaquer le consulat, explique Antoine Vitkine journaliste, spécialiste de la Libye. Etait-ce prémédité, je ne sais pas. Sans doute apprendrons-nous des informations supplémentaires dans les jours et les heures qui viennent. Mais il semblerait que le groupe salafiste Ansar al-Charia a été très actif dans cette manifestation. Mais ce qui est sûr c’est que Benghazi et l’est de la Libye est le fief des salafistes ».

Face à ce déluge de violence envers les Etats-Unis, le président américain Barack Obama s’est montré ferme et déterminé tout en rendant hommage à l'ambassadeur et ses collègues tués dans l’attaque du consulat de Benghazi qu’il a fermement condamné : « Les Etats-Unis condamnent de la façon la plus ferme ces attaques scandaleuses. Nous travaillons avec le gouvernement libyen pour assurer la sécurité de nos diplomates. J’ai demandé que la sécurité de nos ambassades soit renforcée partout dans le monde. Et nous allons travailler avec le gouvernement libyen pour traduire devant la justice les auteurs qui ont attaqué nos compatriotes ».

La Rédaction avec A. Robou et A. Mognol