Yémen: l'ambassade américaine attaquée à Sanaa, les gardes ouvrent le feu

14 opinions
- +
L'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, au Yémen

L'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, au Yémen

Des centaines de manifestants yéménites protestant contre une vidéo anti-islam ont attaqué jeudi l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa, dont les forces de sécurité ont tiré en l'air pour tenter de les contenir, rapportent des témoins.
De jeunes manifestants criant « Nous te rachetons, messager de Dieu » ont brisé les vitres des locaux de sécurité situés à l'extérieur de la mission avant d'escalader les grilles de l'entrée principale de l'enceinte hautement fortifiée située dans l'est de la capitale yéménite.
Des pneus ont été incendiés devant le bâtiment.
« On peut voir un incendie à l'intérieur de l'enceinte et les forces de sécurité qui tirent en l'air. Les manifestants s'enfuient puis repartent à l'assaut », a déclaré un témoin.
Les gardes de l'ambassade ont tiré en l'air pour repousser les assaillants et des renforts de police sont arrivés ensuite sur les lieux, où ils ont fait usage de gaz lacrymogène.

Dans un communiqué adressé par email, l'ambassade du Yémen à Washington a déclaré que l'ordre avait été rétabli et que l'incident n'avait fait aucun blessé: « Heureusement, aucune victime n'a été signalée dans cet incident chaotique. Le gouvernement du Yémen honorera ses obligations internationales pour assurer la sécurité des diplomates et renforcera les effectifs de sécurité autour de toutes les missions étrangères », a déclaré l'ambassade, tandis que l'attaque a été condamnée par le président Abd Rabbou Mansour Hadi, qui a mis sur pied une commission d'enquête.
Des témoins ont cependant vu des blessés parmi les gardes et les manifestants, et une source proche des services de sécurité a fait état d'un bilan de 15 blessés, dont certains par balles, et de douze arrestations.
« Selon nos premières informations, tout le personnel de l'ambassade est sain et sauf », a déclaré un porte-parole de la mission américaine, joint par téléphone alors que les affrontements se poursuivaient.

En Irak, Kaïs al Khazali brandit à son tour la menace: les intérêts américains sont menacés sur le territoire irakien, prévient le chef de la milice chiite irakienne Assaïb al Hak. « L'insulte faite au Messager [le Prophète Mahomet] va mettre tous les intérêts américains en danger. Nous ne pardonnerons pas ».
En 2007, cette milice avait enlevé quatre gardes du corps britanniques, tués ensuite lors d'une tentative d'évasion.
Ces derniers jours, des intérêts américains ont été la cible de violentes manifestations dans plusieurs pays, après la diffusion d'un film antimusulman réalisé aux Etats-Unis.
Particulièrement, cette attaque de l'ambassade des Etats-Unis au Yémen intervient au surlendemain de la prise d'assaut du consulat américain de Benghazi, en Libye, laquelle a coûté la vie mardi soir à l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres ressortissants américains.

La Rédaction avec Reuters