Kate et William : plainte au pénal confirmée par le parquet

25 opinions
- +
Le prince William et son épouse Kate Middleton à Honiara, sur les îles Salomon.

Le prince William et son épouse Kate Middleton à Honiara, sur les îles Salomon.

Le prince William et son épouse Kate Middleton ont déposé une plainte au pénal au parquet de Nanterre pour atteinte à la vie privée. De plus, ils assignent lundi en référé à Nanterre (Hauts-de-Seine) le magazine Closer pour atteinte à la vie privée après la publication de photos de la duchesse de Cambridge seins nus, qui a outré la famille royale. L'action au civil vise à interdire à la version française du magazine people de céder les clichés à d'autres médias, alors qu'un journal irlandais a brisé le consensus au sein de la presse d'outre-Manche en publiant ces photos. L'hebdomadaire italien "Chi" a également sorti lundi une édition extraordinaire avec des photos de la duchesse seins nus ou en train de mettre de la crème solaire à son mari. L'audience devait s'ouvrir à 18H00 à Nanterre, dans la proche banlieue de Paris.

Parallèlement, le prince William et son épouse vont déposer une plainte au pénal en France, a indiqué dimanche dans un communiqué le palais Saint-James, résidence du couple. Lors de l'audience en référé, William et son épouse ne demandent pas de dommages et intérêts pour ces clichés pris pendant leurs vacances dans le sud de la France mais une injonction interdisant à Closer de rééditer son numéro et de céder ou diffuser les photos. En revanche, la plainte au pénal devrait déboucher ultérieurement sur un procès où des dommages et intérêts seront réclamés. Le droit français est l'un des plus sévères au monde pour la protection de la vie privée, mais les efforts du palais Saint-James pour éviter la propagation des photos ont été contrecarrés samedi par l'Irish Daily Star. Sur une double page, le quotidien montre dix photographies de la duchesse de Cambridge, promettant sur la couverture "les photos que tout le monde veut voir". Un porte-parole du prince William a condamné cette publication. "Il ne peut y avoir d'autre motivation (...) que l'avidité", a-t-il déclaré.

En outre, les photos ont été à nouveau publiées lundi par le magazine italien Chi qui, apparemment peu impressionné par les actions en justice menées en France, consacre 38 pages, dont 26 de clichés, à Kate, avec pour titre de Une "La Reine est nue". Closer et Chi font tous deux partie du groupe d'édition Mondadori, contrôlé par l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi et sa famille. Marina Berlusconi, fille de Silvio et présidente de Mondadori, a défendu cette décision au nom de la liberté éditoriale. "La Mondadori est une maison d'édition qui utilise de la meilleure manière possible cette liberté et cette autonomie que les actionnaires lui ont toujours reconnues, et à cette occasion aussi elle s'est bornée à faire son métier", écrit-elle dans une lettre ouverte au quotidien italien La Repubblica. En France, Laurence Pieau, la rédactrice en chef de Closer, a estimé que les réactions au Royaume-Uni étaient disproportionnées car les clichés étaient "à l'avantage du couple". "Ce que l'on voit, ce sont deux jeunes mariés, qui sont très amoureux, qui sont splendides. C'est réellement une princesse du XXIe siècle", a-t-elle déclaré à la presse. Les photos montrent "une jeune femme bronzant seins nus, comme on en voit des millions sur les plages".

REUTERS