Accord Chine-UE sur les émissions de gaz à effet de serre

7 opinions
- +
De gauche à droite, le Premier ministre Wen Jiabao, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso à Bruxelles à l'occasion d'un sommet UE-Chine. La CE a annoncé la signature avec la Chin

De gauche à droite, le Premier ministre Wen Jiabao, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso à Bruxelles à l'occasion d'un sommet UE-Chine. La CE a annoncé la signature avec la Chin

BRUXELLES (Reuters) - La Chine, premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, a signé un accord avec l'Union européenne (UE) avec qui elle collaborera en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a annoncé jeudi la Commission européenne.

Les questions environnementales sont un fréquent sujet de discorde entre la Chine et l'UE, actuellement réunies pour leur 15ème sommet annuel.

Pékin a notamment refusé de se conformer à une réglementation européenne qui exige que les compagnies aériennes utilisant des aéroports de l'UE payent une compensation pour leurs émissions de CO2, dans le cadre du Système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE).

L'accord signé entre le commissaire européen au Développement Andris Piebalgs et Chen Deming, le ministre chinois du Commerce, promeut une transition vers une économie sobre en carbone et une réduction des émissions de gaz à effet de serre en Chine, selon le communiqué de la Commission.

Le texte prévoit le développement de mécanismes d'échange de quotas en Chine, à travers trois programmes de réduction d'émissions de CO2, que l'UE aidera à hauteur de 25 millions d'euros sur une période de quatre ans, tout en apportant une assistance technique.

La Chine dispose déjà de mécanismes d'échanges de quotas au niveau provincial mais l'extension de ce type de programmes aux émissions nées du trafic aérien est encore incertaine.

Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat, a déclaré dans une communiqué que l'accord de jeudi était "un pas important vers une coopération encore plus étroite en vue d'un marché international du carbone plus solide".

Barbara Lewis, Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

REUTERS