Sécurité sociale : les retraités vont payer

417 opinions
- +

Ils vont devoir, eux aussi, mettre la main à la poche pour renflouer les caisses de la sécurité sociale : les retraités vont être mis à contribution. Ce lundi midi, le projet de budget de la Sécurité sociale sera présenté, et les retraités imposables devraient en effet se voir soumis à un prélèvement de 0,15% sur leur pension. L'objectif du gouvernement est double : aider au redressement des comptes de la Sécu en 2013 puis, à partir de 2014, financer la dépendance.
Il s'agit ainsi de soumettre les retraités à la Contribution solidarité autonomie (CSA) créée en 2004 pour financer la dépendance des personnes âgées, alors qu'ils en sont actuellement exemptés. Mais là où les salariés payent 0,3% de leur salaire, les retraités n’en verseront que la moitié.

Pour Christiane, 79 ans, ces 0,15% représentent 20 euros par an. Trop, selon elle : « Ça va encore nous enlever du pouvoir d’achat. Est-ce que c’est vraiment nécessaire ? Je ne sais pas. On commence à être fatigué de se serrer la ceinture… Il n’y a plus de trous, il n’y a plus rien à la ceinture ! On peut manger pendant plusieurs jours avec 20 euros, on pourrait, à l’occasion, un dimanche ou un jour de fête, se payer une petite fantaisie supplémentaire… Eh bien là, on ne pourra pas ».

Même point de vue pour Sylvain Denis, vice-président de la Confédération française des retraités, pour qui la taxe est inégalitaire. « Si c’est une taxe, que tout le monde y soit soumis, demande-t-il, que la CSA (Contribution solidarité autonomie) soit payée par les non-salariés, les revenus du capital, etc. Au départ, c’était le sacrifice d’une journée de travail par les salariés, maintenant c’est une taxe. On a cotisé pendant toute notre vie, et stigmatiser les retraités qui ont travaillé pendant 40 ou 45 ans, c’est une idée néfaste ».

Certains retraités, en revanche, estiment qu’il est normal de faire un effort pour la solidarité nationale. C’est le cas de Daniel Druesne, secrétaire national à la CFDT retraités. « Non seulement, c’est normal, mais c’est absolument nécessaire, ajoute-t-il. Il faut diminuer le montant de la dette, il faut que nous-même, en tant que retraités, participions. » Pour Daniel, cette taxe ne représente pas une injustice à partir du moment où les plus pauvres n’y sont pas soumis. « Il y a aujourd’hui 10% retraités qui vivent sous le seuil de pauvreté. Ces gens-là, parce qu’ils ne sont pas imposables, ne seront pas touchés, précise-t-il. A l’inverse, certains ont les moyens de participer à un prélèvement de 0,15% sur une pension de 2000 euros, ça fait 3 euros par mois ».

La rédaction avec A. Manoli et L. Top