Cannabis : un bébé tué par un chauffard

79 opinions
- +

Le cannabis a-t-il fait une nouvelle victime ? C’est l’une des pistes sérieuses envisagées après la mort, samedi, d’un bébé dans un accident de la route. A Pérols, près de Montpellier, un jeune de 20 ans qui avait fumé du cannabis a percuté le véhicule d'une famille. Sous la violence du choc, le nourrisson de 7 mois, qui était dans son siège bébé à l'arrière, a été projeté avant de décéder quelques heures plus tard. La mère a été légèrement blessée et le père, qui conduisait, est indemne. Le chauffard, indemne lui aussi, a été testé positif au cannabis. Placé en garde à vue samedi (une garde à vue prolongée dimanche), il doit être déféré au parquet de Montpellier en fin de matinée pour homicide involontaire et conduite sous l'emprise de stupéfiants. Que s’est-il passé ? Une absence, a-t-il reconnu devant la police.

« On a un jeune homme qui reconnaît être un fumeur très régulier de cannabis, pas du tout connu des services de police, casier judiciaire vide, raconte Patrick Desjardins, le procureur adjoint de la République à Montpellier. Il dit qu’il a eu une absence au moment de l’accident et ne peut pas expliquer réellement les circonstances. Les conduites en état alcoolique ou sous l’emprise de stupéfiants sont de plus en plus nombreuses, et de plus en plus souvent constatées. Il y a une nette augmentation cette année », regrette le magistrat.

La présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon, souhaite maintenant que ce drame serve à quelque chose. « Cet accident nous rappelle qu’il est absolument indispensable de reprendre l’enquête "Stupéfiants et accidents mortels" qui s’est terminée en 2003. Il faut documenter le dossier, qu’en est-il de la conduite avec présence de cannabis ou autres stupéfiants ? C’est nécessaire que nous ayons des bases de données précises et que nous sachions quoi faire pour stopper une des causes d’accidents sur nos routes ».  Chaque année, le cannabis tuerait 230 personnes sur les routes, et multiplierait par deux le risque d’être responsable d’un accident mortel.

M. Chaillot avec Amélie Rosique