Ayrault : « Je n'ai pas traité Depardieu de minable » !

164 opinions
- +

Jean-Marc Ayrault s'est défendu lundi d'avoir traité Gérard Depardieu de « minable ». « C'est son comportement qui est minable », a tenu à préciser le 1er ministre. Il en a profité pour refaire un « appel au patriotisme » des plus...

Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault s'est défendu lundi d'avoir traité Gérard Depardieu de « minable », assurant que le qualificatif visait davantage le comportement de l'exilé fiscal, auquel il voulait rappeler « l'esprit de patriotisme » et la « solidarité citoyenne » en période de crise. Le Premier ministre s'exprimait devant la presse en marge d'un déplacement à Clermont-Ferrand, au lendemain de la lettre ouverte au vitriol de l'acteur s'estimant « injurié » par les critiques sur son exil fiscal en Belgique.
« Je n'ai pas traité de minable M. Depardieu », a assuré le 1er ministre, « j'ai dit que ça avait un côté minable effectivement » d'établir sa résidence en Belgique pour payer moins d'impôts. « J'aimerais qu'on lise entièrement ce que j'ai dit, j'ai dit aussi que Gérard Depardieu était un grand artiste, aimé par les Français à ce titre. Dans cette même intervention, j'ai parlé de solidarité citoyenne et de patriotisme, payer ses impôts lorsque des efforts doivent être faits c'est l'affaire de tous les Français », a ajouté le Premier ministre. Et d'enchaîner : « J'en appelle à l'esprit de patriotisme, il est bien utile dans ces périodes où parfois les valeurs se perdent de revenir à l'essentiel ».

« Est-ce que c'est à eux qu'il faut donner raison ? »

« Mon message essentiel est celui-là: quels sont les Français qui ne participent pas à l'effort collectif par leurs impôts ? Qui y échappe ? Très peu de gens ! Ceux qui le décident ! Est-ce qu'ils ont raison, est-ce que c'est à eux qu'il faut donner raison ? », a interrogé Jean-Marc Ayrault.
S'estimant « injurié » par les critiques sur son exil fiscal à Néchin, village belge frontalier de la France, Gérard Depardieu a annoncé qu'il rendait son passeport français, dans une lettre ouverte au Premier ministre, publiée dimanche par le JDD. Il a entamé une procédure pour obtenir la nationalité belge et mis en vente sa résidence parisienne.
Interrogé mercredi dernier sur le cas du célèbre acteur, parti s'établir outre-Quiévrain dans le sillage de plusieurs patrons français de multinationales, le Premier ministre avait déclaré : « Je trouve cela assez minable (...). Tout cela pour ne pas payer d'impôt, pour ne pas en payer assez ». 

Hollande refuse de « blâmer » Depardieu

François Hollande, lui, a préféré loué les mérites des Français qui paient leurs impôts dans notre pays. « Moi, plutôt que blâmer tel ou tel, je veux saluer le mérite de ceux qui font certes beaucoup mais qui acceptent de payer leurs impôts en France, de produire en France, de faire travailler en France et de servir leur pays », a dit le président lors d'un déplacement à Château-Renault (Indre-et-Loire). « C'est ceux-là auxquels il faut s'adresser en leur disant merci pour cette conception patriotique. Parce que nous avons besoin de tout le monde dans cette période, des salariés, des actionnaires, des dirigeants, de tous ceux qui ont envie que leur pays soit fort, soit juste ». 

Philippe Gril avec AFP