Le Conseil d'Etat ordonne la dératisation des Baumettes

32 opinions
- +
Le Conseil d'Etat enjoint à l'administration pénitentiaire de dératiser et désinsectiser la prison des Baumettes, à Marseille. Cette décision intervient une semaine après celle du tribunal administratif de Marseille, qui a ordonné à l'administration pénit

Le Conseil d'Etat enjoint à l'administration pénitentiaire de dératiser et désinsectiser la prison des Baumettes, à Marseille. Cette décision intervient une semaine après celle du tribunal administratif de Marseille, qui a ordonné à l'administration pénit

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'Etat enjoint à l'administration pénitentiaire de dératiser et désinsectiser la prison des Baumettes, à Marseille, dont le tribunal administratif a déjà ordonné une remise en état partielle, selon une ordonnance rendue publique samedi.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté a récemment épinglé dans un rapport l'insalubrité "consubstantielle" au centre pénitentiaire des Baumettes, et saisi à ce sujet la ministre de la Justice.

"Dans un délai de dix jours à compter de sa notification, il est enjoint à l'administration pénitentiaire de procéder à la détermination des mesures nécessaires à l'éradication des animaux nuisibles présents dans les locaux du centre pénitentiaire des Baumettes", peut-on lire dans l'ordonnance du Conseil d'Etat.

Le juge des référés a toutefois estimé qu'il n'y avait pas lieu de prescrire une inspection de l'ensemble des cellules individuelles, demandée par la Section française de l'observatoire des prisons, qui avait saisi le Conseil d'Etat.

La décision du Conseil d'Etat intervient une semaine après celle du tribunal administratif de Marseille, qui a ordonné à l'administration pénitentiaire l'apport de lumière artificielle ou naturelle dans les cellules et l'enlèvement des détritus dans les couloirs et les parties communes de la prison.

L'Observatoire international des prisons (OIP) prône la fermeture de l'établissement des Baumettes.

Depuis vingt ans, les appels se multiplient pour réclamer une rénovation et dénoncer les dysfonctionnements d'une prison qualifiée d'"endroit répugnant" en 2006 par le Conseil de l'Europe. Un projet de restructuration de l'établissement est en cours et devrait s'achever en 2017.

Chine Labbé, édité par Jean-Stéphane Brosse

REUTERS