Tsonga et Gasquet : exilés, mais décorés

80 opinions
- +

Si Gérard Depardieu est vivement critiqué depuis son exil fiscal, deux sportifs français, Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet, ont été décorés de la Médaille nationale du mérite alors qu’ils payent leurs impôts en Suisse.

Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga

Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga

Payer ses impôts à l’étranger n’est pas forcément « minable ». Alors que Gérard Depardieu a posé ses valises en Belgique et vient d’obtenir son passeport russe, d’autres échappent à la vindicte populaire. Bien au contraire : Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet, médaillés d'argent à Londres et exilés fiscaux en Suisse depuis des années, ont tous deux été nommés à l'Ordre national du mérite à l’occasion de la traditionnelle promotion du Nouvel An.
Interrogée jeudi sur la question, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a tenté de minimiser cette polémique : « Il faut faire attention au procès d'intention, explique-t-elle. Il y a une différence à faire entre les gens qui choisissent d'aller habiter autre part pour mobilité professionnelle, on en connaît tous, et ceux qui clament haut et fort s'exiler fiscalement pour éviter d'apporter leur contribution au juste effort à fournir en période de crise ».

« Hollande a inventé deux catégories d’exilés fiscaux »

Pierre Lellouche, député de la 4e circonscription de Paris, estime qu’il y a ici deux poids deux mesures. « Ma première réaction, c’est l’éclat de rire : François Hollande a inventé deux catégories d’exilés fiscaux, ceux que l’on décore, et ceux que l’on vilipende et que l’on désigne à la vindicte publique comme de mauvais Français. Ça rappelle l’entre-deux guerres, les traîtres à la patrie. Monsieur Hollande est pris au piège de sa propre campagne électorale, il a raconté que tout était de la faute des riches, et que s’ils payaient, tout serait réglé. Ensuite, j’éprouve de la tristesse. On prend les Français pour des imbéciles, mais je pense qu’ils ne sont pas dupes ».

« Des impôts sur un montant forfaitaire »

Pourtant, il faut bien avouer que la fiscalité suisse peut être tentante lorsqu’on a de gros revenus. « Au lieu de payer 75% sur tout ce qui dépasse un million en France, ils vont payer des impôts sur montant forfaitaire, et non sur leurs revenus effectifs, explique André Gruber, avocat à Genève et spécialiste des exilés fiscaux. S’ils gagnent 1, 2 ou 3 millions d’euros par an, plutôt que de payer les impôts sur le revenu en France, ils vont payer en Suisse des impôts sur une base d’un minimum de 5 fois leur loyer en Suisse ».

Mathias Chaillot avec Benjamin Edgard