Le moral des Français en forte hausse, selon Ifop

96 opinions
- +
Près de la moitié (49%) des Français se disent confiants quant à leur avenir et celui de leurs proches, selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France, ce qui marque une forte progression. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Près de la moitié (49%) des Français se disent confiants quant à leur avenir et celui de leurs proches, selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France, ce qui marque une forte progression. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Près de la moitié (49%) des Français se disent confiants quant à leur avenir et celui de leurs proches, selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France, ce qui marque une forte progression.

Dans la précédente enquête de ce type, réalisée par l'Ifop en août, seules 32% des personnes interrogées se disaient optimistes en pensant à l'avenir.

"Ce résultat, qui paraît surprenant dans un contexte de crise et d'augmentation continue du taux de chômage, peut s'expliquer par une démarche de rupture de la part des Français, une volonté de penser à autre chose en période morose, ceci étant sans doute accentué par un effet de saisonnalité -les fêtes de fin d'année", explique l'Ifop.

Les réponses optimistes ont le plus progressé chez les moins de 35 ans, avec 66%, contre 36% en août, alors que les plus de 35 ans ne sont que 43% (+13 points) à être confiants en l'avenir.

Même si les sympathisants du Parti socialiste sont les plus optimistes, avec 55% (+13 points), la progression a été plus importante chez les proches de l'UMP, avec 50% contre 28% en août, ainsi que du Front national, avec 43% contre 17%.

La confiance accordée par les Français au gouvernement de Jean-Marc Ayrault a encore baissé, ne progressant que sur la lutte contre l'insécurité, avec une hausse de sept points pour atteindre 49%.

Le sondage a été effectué les 3 et 4 janvier par téléphone auprès d'un échantillon 1.023 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Julien Dury pour le service français, édité par Danielle Rouquié

REUTERS